Archives du mois : novembre 2006

Une promenade sonore à Bruxelles

19 et 21 décembre 2006

Stage de for­ma­tion en com­pa­gnie d’un eth­no­logue et d’un pre­neur de son

L’atelier vous pro­pose de pas­ser deux jour­nées didac­tiques en com­pa­gnie de Patrick Romieu (eth­no­logue) et Michel Bonnafoux (pre­neur de son et docu­men­ta­liste), tous deux membres actifs de l’association Archiméda, pour décou­vrir Bruxelles autre­ment, et apprendre à écou­ter autre­ment…

Ce stage s’insère dans une dyna­mique mise en place depuis déjà trois ans par l’acsr. : repla­cer des jalons néces­saires à la réflexion, au déve­lop­pe­ment de nou­velles atti­tudes et pra­tiques en matière de créa­tion sonore et radio­pho­nique.

Cette fois, la démarche sera sim­ple­ment consa­crée à l’écoute – la cap­ta­tion du réel sonore – sans micro­phone, sans enre­gis­treur.

« Il faut en effet conce­voir l’écoute comme un moyen de connais­sance et non plus comme la simple pré­hen­sion du phé­no­mène sonore, et l’assomption de sens pré-éta­blis. Elle s’exerce dans un espace acous­tique exten­sible, labile, elle dilate le son, le répand, l’élonge, en porte au loin l’ondulation. L’oeil se ferme : la nuit déroule son écran géla­ti­neux. L’œil se ferme : l’oreille se tend. Aussitôt la car­to­gra­phie du monde s’altère, les pro­por­tions changent, des dis­tor­sions se créent, les liens logiques se dis­tendent, les sources se font mys­té­rieuses, et de nou­velles images appa­raissent, des reliefs et des plans dif­fé­rents, des zones nua­geuses et floues, et d’autres plus lumi­neuses : l’imagination nomade a pris le des­sus. » René Farabet

Archiméda, Centre Ressource sur les Cultures du Son et l’Environnement sonore regroupe ses acti­vi­tés autour de deux pôles voi­sins et dis­tincts : l’Écologie sonore et l’Anthropologie sonore.

« Afin de rendre plus lisibles les pro­blé­ma­tiques rela­tives à la dimen­sion sociale, cultu­relle et his­to­rique du sonore — il s’agit pour nous de toutes les mani­fes­ta­tions sonores, musi­cales, tech­niques, tech­no­lo­giques, pay­sa­gères, ect. — la for­ma­tion et l’éducation au Monde sonore doivent être prio­ri­taires. La ques­tion sonore ten­dant à se déga­ger len­te­ment de la pro­blé­ma­tique du Bruit, les suc­cès des actions péda­go­giques ou de simple sen­si­bi­li­sa­tion étant tou­jours reçues avec un grand inté­rêt par les dif­fé­rents publics auquels elles s’adressent, tous ces élé­ments demandent une véri­table recon­nais­sance du bien fon­dé d’une Éducation au sonore. » Patrick Romieu

Télécharger le docu­ment ci-joint pour l’inscription et le pro­gramme détaillé.