Appel à projets création jeunesse

À vos micros, à vos ima­gi­naires ! L’écoute buis­son­nière, col­lec­tif arti­sa­nal inter­na­tio­nal pour l’émerveillement des petites et moyennes oreilles, est en train de concoc­ter une pro­gram­ma­tion autour de la créa­tion sonore jeu­nesse pour l’automne 2019… sur deux conti­nents à la fois : le fes­ti­val de La puce à l’oreille à Montréal les 1er et 2[…]

Les Grandes Z’Oreilles

same­di 8 et dimanche 9 sep­tembre, de 10h-12h et de 14h-18h Dans le cadre du fes­ti­val Deep in the Woods, l’acsr pro­pose une ini­tia­tion et une décou­verte de la prise de son et du trai­te­ment radio pour les enfants. Participation à une bal­lade avec du maté­riel d’enregistrement et des pro­fes­sion­nels de la radio pour prendre conscience[…]

Les sons refuges – le refuge des sons

Masterclass avec Chantal Dumas du 3 au 6 décembre 2019.
En col­la­bo­ra­tion avec AVATAR et le sou­tien du Conseil des arts et des lettres du Québec et de la Ville de Québec.

Voici l’opportunité de par­ta­ger quatre jours en com­pa­gnie de Chantal Dumas, quatre jours de créa­tion sur le thème « Les sons refuges — le refuge des sons »

Ce thème enclen­che­ra l’enjeu de l’écoute, avec sa part sin­gu­lière, et affec­tive, et celui de la ren­contre de l’autre et de son rap­port au monde, dans sa mémoire ou au temps pré­sent. L’échange sera au coeur du pro­jet, tant dans la démarche d’écriture que celle d’improvisation col­lec­tive.

Merci de rem­plir ce for­mu­laire pour dépo­ser votre can­di­da­ture: https://framaforms.org/les-sons-refuges-le-refuge-des-sons-1571047651
Clôture des ins­crip­tions: le le 3 novembre 2019 (minuit).

« Musique ? Non-musique ? Pour moi, la ques­tion est inap­pro­priée. Mon tra­vail appar­tient au domaine du sonore, de l’écoute et de la per­cep­tion. Intéressée par les formes nar­ra­tives, j’ai déve­lop­pé à cette fin une forme d’écriture sonore qui s’articule autour de quelques points : une atten­tion au point de vue, une docu­men­ta­tion sonore basée sur la prise de son (élé­ments du quo­ti­dien et pay­sage sonore) et la cir­cu­la­tion de la nar­ra­tion entre les trames musi­cale, tex­tuelle et sonore. Je conçois le sup­port comme une boîte vide aux mul­tiples pos­si­bi­li­tés d’occupation. Mon tra­vail peut s’écouter comme une déam­bu­la­tion à tra­vers de nom­breux espaces : men­tal ou phy­sique, archi­tec­tu­ral et urbain, natu­rel ou cultu­rel, espaces ayant cha­cun leur propre réso­nance acous­tique et affec­tive. La fic­tion ne se trouve jamais bien loin der­rière l’aspect docu­men­taire et réa­liste de mes pro­duc­tions. Mais dès la prise de son, la pre­mière mani­pu­la­tion du son, qu’en est-il de la réa­li­té ? » dixit Chantal Dumas

Il sera deman­dé aux par­ti­ci­pants de pré­pa­rer deux choses avant la for­ma­tion.
 — La pre­mière est de se remé­mo­rer un sou­ve­nir sonore per­son­nel, mar­quant, mémo­rable.
 — La deuxième est de réa­li­ser une entre­vue avec une per­sonne de son choix qui raconte com­ment un son (une ambiance, une voix, un bruit, une mélo­die, …) a été pré­sent à un moment par­ti­cu­lier et com­ment ce son conti­nue de l’accompagner dans sa vie. Cela pour­rait tout aus­si bien être une expé­rience per­son­nelle. Si cela est indi­qué et pos­sible, enre­gis­trez aus­si ce son !

L’éveil de ces sou­ve­nirs sonores ramène en mémoire tout le contexte qui y est rat­ta­ché. Les nar­ra­tions sou­vent empreintes d’émotion viennent sou­li­gner la sin­gu­la­ri­té de l’écoute et de la per­sonne qui raconte.

Durant le stage, à par­tir de ces entre­vues, devra sur­gir une pre­mière par­ti­tion qui ser­vi­ra de guide de réa­li­sa­tion pour mener la deuxième phase d’enregistrement. En asso­cia­tion ou en contraste, il s’agira de cap­tu­rer des sons, non plus avec l’idée d’une trans­mis­sion orale, mais d’oreille à oreille.

Cette obser­va­tion et la recherche sur le ter­rain s’apparentent à la démarche de l’anthropologue. C’est éga­le­ment une invi­ta­tion à se confron­ter à l’imprévisible, à l’incontrôlable, au fra­gile. C’est une façon sen­sible d’aller à la ren­contre du monde et d’en prendre le pouls.

Cet ate­lier va aus­si inté­grer une dimen­sion de créa­tion sonore. Une ses­sion d’improvisation sonore sera réa­li­sée avec les par­ti­ci­pants non-musi­ciens et musi­ciens. L’objectif de cet exer­cice est de démys­ti­fier la fabri­ca­tion du son et du coup, il four­ni­ra du maté­riel pour la pro­duc­tion en cours.

Participation : 80 euros
Nombre maxi­mum de par­ti­ci­pants : 10 per­sonnes

Public-cible : tout autrice.eur et réalisatrice.eur qui pos­sède les com­pé­tences de base d’enregistrement et de mon­tage et intéressé.e à la rela­tion poé­tique entre une parole et une écri­ture sonore.

Présentation de Chantal Dumas

Artiste sonore, Chantal Dumas conçoit des ins­tal­la­tions sonores, des fic­tions docu­men­taires radio­pho­niques (Hörspiel), des desi­gn sonores et com­pose. Son tra­vail com­prend une dimen­sion par­ti­ci­pa­tive et se nour­rit de col­la­bo­ra­tions (arts visuels, danse, poé­sie). Adepte du Field Recording, elle tire de la col­lecte de sons la matière pre­mière de ses pro­duc­tions.
Le volet ins­tal­la­tion sonore de sa pro­duc­tion met en jeu la rela­tion entre le son, l’espace, la mobi­li­té et l’auditeur. Certains pro­jets des­ti­nés à être expé­ri­men­té en salle, d’autres s’insèrent dans l’espace public.
Depuis le début des années 90, elle réa­lise des créa­tions radio­pho­nique (Hoerspiel). Elle compte plus d’une tren­taine de titres à ce jour. Parmi les pre­mières pièces, on retrouve Les Chantal Dumas (1994), Le par­fum des femmes (1996 – 1997), radio road­mo­vie (2000 – 02). Largement dif­fu­sées sur les ondes des radios publiques et lors de fes­ti­vals dont BBC, Croatian National Radio 3, Radio Zagreb, France Musique, RNE Ars acus­ti­ca (Espagne), la RAI, Sveriges Radio, ART on AIR (nyc) et d’autres encore, le fes­ti­val radio­pho­nic› (Bxls). Elle a reçu des com­mandes de ABC, Avatar (Québec), Couleur 3 (radio suisse romande), Deutschlandradio Kultur (Allemagne), Kunstradio (Autriche), l’Experimental Sound Studio de Chicago, Radio Canada, Radio Grenouille (Marseille) et de Silenceradio.org (Belgique), Festival radio revolteN, Halle (2006), fes­ti­val L’espace du son (Bxls).
On l’a enten­due lors de l’exposition C’est arri­vé près de chez vous au Musée National des Beaux-Arts de Québec (2008 – 09) et expé­ri­men­té ses ins­tal­la­tions au Festival de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV) (2012 et 2014) ou encore enten­du ses inter­ven­tions dans un wagon du métro de Montréal (2007 – 08), à la Maison fon­taine du col­lec­tif alle­mand raum­la­bor­ber­lin au Quartier des spec­tacles (2014).
En 2011, elle séjourne à New York au Studio du Québec (CALQ) et à l’automne 2016 Aux Récollets à Paris (CALQ). Son tra­vail a été récom­pen­sé en autres par le Prix Opus – caté­go­rie concert élec­troa­cous­tique et musique actuelle remis par le Conseil qué­bé­cois de la musique (Québec) et le prix Bohemia de la Radio publique tchèque et par deux fois le prix Phonurgia Nova (France) en fic­tion et docu­men­taire.
En 2016 et 2017, elle a assu­ré la pré­si­dence du Prix Phonurgia Nova pour la radio créa­tive qui se déroule à la Bibliothèque Nationale de France (BnF) ce qu’elle avait aus­si fait 10 ans plus tôt au Festival radio­pho­nic› de Bruxelles (2007).

Chantal Dumas pré­sen­te­ra le 7 décembre dans le cadre du fes­ti­val «Ear You Are — fes­ti­val d’art sonore et radio­pho­nique» au Cinéma Nova une publi­ca­tion tra­çant son par­cours de créa­tion et à la même occa­sion, elle don­ne­ra un libre d’accès à une quin­zaine de pièces sonores issues de ses archives. Son nou­veau pro­jet Le son-refuge com­mande de Avatar sera aus­si dévoi­lé.

Rentrée 2019

Le son du mois Bruxelles, canal de la Senne. Mazina, Marnélice, Rahman et Ghasem, quatre adolescent.e.s, patientent der­rière les murs d’une ancienne caserne mili­taire, leur Petit Château. Nés ailleurs, ils attendent de savoir si leur ave­nir se des­sine en Belgique ou hors de ses fron­tières. C’est le temps de leurs 18 ans. Dans ce lieu[…]

PolyPhonik !

Longueur d’ondes s’installe à Tinos du mar­di 23 au dimanche 28 juillet 2019. PolyPhoniK, ce pre­mier fes­ti­val niché au coeur de cette île excep­tion­nelle des Cyclades, asso­cie des Grecs et des Français (auteurs, jour­na­listes, artistes, intel­lec­tuels, musi­ciens…) autour d’un déno­mi­na­teur com­mun : faire écou­ter le monde. Éclectique, exi­geant, sin­gu­lier, accueillant, acces­sible, le fes­ti­val pro­pose un[…]

Newsletter Mai 2019

Le son du mois CHOISIR ET APRÈS | Dimitri Merchie | 41min41 | 2019 En 2010, un an après la nais­sance de mon deuxième enfant, je me suis fait vasec­to­mi­ser. Comme mon frère avant moi et notre père avant nous, mais sans concer­ta­tion. Une coïn­ci­dence. Et un sujet de conver­sa­tion comme un autre, si bien[…]

Just a perfect sounday

Dimanche 18 février 2018 de 14h à 23h Au ciné­ma Nova — rue d’Arenberg 3, 1000 Bruxelles Entrée: 6e/4e L’espace d’un dimanche, le ciné­ma Nova éteint momen­ta­né­ment son écran et invite l’atelier de créa­tion sonore radio­pho­nique pour un mez­zé radio­pho­nique inter­gé­né­ra­tion­nel, à savou­rer avec curio­si­té et goût du risque. Programme: 14:00 – Séance d’écoute Débruitage Christophe Deleu &[…]

Appel à candidature pour la Coquille 2017

La Coquille fait peau neuve ! Pour enta­mer l’année 2017, nous vous pro­po­sons une suc­ces­sion d’ateliers radio­pho­niques créa­tifs et ludiques, pro­pices à l’éclosion d’idées nou­velles et de résul­tats sur­pre­nants ! L’objectif de la Coquille est plus que jamais de favo­ri­ser la créa­ti­vi­té et la spon­ta­néi­té au tra­vers d’exercices basés sur des contraintes, sans s’alourdir des notions théo­riques[…]

Écoute à L’eau chaude

Jeudi 15 decembre à 19h Jusqu’à ce qu’il fasse jour, un docu­men­taire de Caroline Berliner Haïti, décembre 2014. Poètes et pen­seurs s’apprêtent à inves­tir les ruines de Port-au-Prince pour pré­sen­ter au public leurs pro­chaines créa­tions théâ­trales. De quoi rêve-t-on quand on a 30 ans à Port-au-Prince ? Pour soi-même, pour l’autre pour le pays ? Quelle place[…]

Jusqu’à ce qu’il fasse jour

Jusqua_ce_qui_fasse_jour

Haïti, décembre 2014.

Poètes et pen­seurs s’apprêtent à inves­tir les ruines de Port-au-Prince pour pré­sen­ter au public leurs pro­chaines créa­tions théâ­trales.

De quoi rêve-t-on quand on a 30 ans à Port-au-Prince ? Pour soi-même, pour l’autre pour le pays ? Quelle place occupe l’artiste dans un pays où tout pous­se­rait vers d’autres prio­ri­tés, plus criantes, plus néces­saires ? Avec quoi s’avance-t-on dans l’âge adulte dans un pays où l’on dit que l’on sur­vit plu­tôt que l’on vit ?

A l’aube du Festival de théâtre Quatre Chemins — et de la com­mé­mo­ra­tion du séisme qui dévas­ta le pays cinq ans plus tôt – Caroline Berliner a sui­vi leur déam­bu­la­tion sur le ter­ri­toire de la capi­tale et a cher­ché les coïn­ci­dences entre fic­tion et réa­li­té, par­cours intime et his­toire col­lec­tive, néces­si­té artis­tique et enga­ge­ment citoyen.

En paral­lèle de ce docu­men­taire, Félix Blume et Caroline Berliner ont réa­li­sé JOUK LI JOU, une carte pos­tale sonore où l’on peut entendre les chants et les sons d’une jour­née à Port-au-Prince. C’est pro­duit par Arte Radio et c’est à décou­vrir par ici.

Un article «UNE RADIOGRAPHIE DE PORT-AU-PRINCE» est paru dans le MagHaiti: à lire ici http://www.maghaiti.net/jusqua-ce-quil-fasse-jour-une-radiographie-de-port-au-prince/

Avec : Billy Elucien, Johny Zéphyrin et Kermonde Lovely Fifi Textes : Jean-Samuel André, Johny Zéphyrin, Kermonde Lovely Fifi, Syto Cavé Prise de son : Félix Blume Montage : Sabrina Calmels Mise en ondes et mixage : Jeanne Debarsy Graphisme: Martial Prévert Réalisation : Caroline Berliner Merci infiniment à Maude Malengrez, Guy Régis Junior, Brice Cannavo, Michèle Lemoine, Véronique Doyen, Lucie Couet et Michel Saint-Jean pour avoir permis à ce documentaire de voir le jour. Merci à Syto Cavé ; à Erol Josué ; à Marcus Garcia ; à Jean-Samuel André et aux membres du Collectif Hors-Jeu ; à Julaine Noelus, Renalda Emile, Galioth Saint-Louis et à toute l’équipe du spectacle « Moi, au bout de l’exil » ; à Dieuvela Etienne et aux Simbi Roots ; à Eliezer Guérismée, à Chelson Ermoza et aux membres de la BIT – Haïti pour avoir nourri ce projet de leurs créations respectives. Merci à Martial Prévert pour le graphisme. Merci aux équipes de la FOKAL, du Festival Quatre Chemins, de l’Institut Français d’Haïti et du Centre Culturel Anne-Marie Morisset. Merci à Carmelo Iannuzzo, à Clémentine Delahaut et à Bastien Hildago Ruiz. À Sergine André, à Thomas Berliner et à Yannick De Mol. À Julien Van Der Stichelen Rogier et à ses deux hiboux. Merci aussi à Antoine Laubin, Coraline Clément, Emmanuel Marre,  Jean-Benoît Ugeux, Linda Ibbari, Louis Castel, Méline Van Aelbrouck, Naïs Bastide et Watson pour nous avoir prêté leurs oreilles attentives. Et, de tout cœur, merci à Albert Moléon, Eliezer Guérismée, France Medeley Guilloux, Francesca Mérentie et Louisna Laurent pour avoir inspiré tout ça.

Prix : Finaliste du Grand Prix International URTI de la Radio 2017

Production : Une production Le Bruit et la fureur asbl, avec le soutien du Fonds d’Aide à la Création Radiophonique de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de l’acsr, de Wallonie-Bruxelles International et de la FOKAL.