Historique

L’atelier de créa­tion sonore radio­pho­nique est né en 1996 d’une néces­si­té de lutte et de résis­tance! Par réac­tion à la dis­pa­ri­tion pro­gres­sive de moyens accor­dés à la fic­tion, au docu­men­taire de créa­tion et aux espaces de dif­fu­sion qui leur sont réser­vés en Belgique, un groupe ras­sem­blant des créa­teurs sonores et des créa­teurs de diverses dis­ci­plines artis­tiques a déci­dé de réagir et de re-dyna­mi­ser la créa­tion pour la radio afin qu’elle conti­nue d’interpeller notre ima­gi­naire et qu’elle retrouve une valeur, un écho, un ras­sem­ble­ment et un public.

Alors que les autres dis­ci­plines artis­tiques ont su créer leurs relais sym­bo­liques, sou­vent concré­ti­sés par des fes­ti­vals, rien de tel n’existait dans le monde du son et de la radio. L’acsr a tenu à inau­gu­rer son exis­tence par le pre­mier Festival de créa­tion sonore et radio­pho­nique qui s’est dérou­lé au Botanique à Bruxelles en jan­vier 1997.

Depuis l’année 2000, l’atelier est agréé par un Arrêté du Gouvernement de la Communauté fran­çaise en qua­li­té de struc­ture d’accueil en matière de créa­tion radio­pho­nique et s’est vu, de ce fait, octroyer une sub­ven­tion de fonc­tion­ne­ment.

En 2004, avec le sou­tien de l’Échevinat de la Culture de la Ville de Bruxelles, l’acsr met en ligne sur la toile inter­net SilenceRadio.org, un espace d’écoute dédié à la créa­tion radio­pho­nique contem­po­raine, un mille-feuille qui veut ras­sem­bler artistes sonores de divers hori­zons, ayant une pra­tique dans et hors de la radio.
En 2010, a été construit une nou­velle ver­sion du site met­tant mieux en valeur la richesse de ce petit réper­toire auquel déjà une cen­taine d’artistes ont par­ti­ci­pé.

En paral­lèle avec l’accompagnement de pro­jets, l’atelier renou­velle chaque année ses acti­vi­tés (stages, confé­rences, par­te­na­riats, …) afin de por­ter un éclai­rage, mais éga­le­ment par­ti­ci­per comme acteur, au foi­son­ne­ment actuel de la créa­tion radio­pho­nique, tant sur les ondes que sur la toile inter­net.
Développant de manière trans­ver­sale cette dimen­sion de recherche et d’échange, l’atelier œuvre pour rendre pos­sible des par­te­na­riats avec les dif­fé­rents acteurs de la chaîne (créa­tion — pro­duc­tion — dif­fu­sion et ensei­gne­ment), tant sur le plan local qu’international.