Archives de l'auteur : Emma

C𝐎𝐋𝐋𝐄𝐂𝐓𝐄 𝐃𝐄 𝐑𝐄́𝐂𝐈𝐓𝐒 _ WE.LO(U)VE.RADIO

(EN below)


Vous sou­hai­tez par­ta­ger un de ces moments enfouis où votre eau inté­rieure s’est trou­blée par un mot, un regard ?


Déposez le récit d’un sou­ve­nir pour vous libé­rer de son poids, nous nous char­ge­rons de le trans­mu­ter et de vous en laver grâce à la dou­ceur de l’eau et une pirouette poé­tique. Vous pou­vez nous le confier, nous en pren­drons soin. Nous appel­le­rons les eaux pour qu’elles les effleurent, les renou­vellent, les révèlent et fassent naître une nou­veau récit, léger.


📞 Appelez- nous et dépo­sez ce sou­ve­nir, en anglais, néer­lan­dais ou fran­çais, d’une durée de 2 minutes maxi­mum sur notre boîte vocale : 0498 224 465.


Vous pour­rez décou­vrir vos sou­ve­nirs trans­for­més à l’occasion des Journées bruxel­loises de l’eau 𝐥𝐞 𝟐𝟏 𝐦𝐚𝐫𝐬 dans les rues envi­ron­nant du Musée des Égouts.


»»»»»»»»»»»»»»


🎙𝐂𝐀𝐋𝐋 𝐅𝐎𝐑 𝐌𝐄𝐌𝐎𝐑𝐈𝐄𝐒🎙


Within the fra­me­work of its resi­den­cy at the Sewer Museum and its pro­ject “Occupations Sonores”, the col­lec­tive launches a call, a col­lec­tion of sounds and sto­ries. Would you like to share one of those buried moments where your inner water was trou­bled by a word, a look? Deposit the sto­ry of a memo­ry to free your­self from its weight, we will take care of it. We will trans­mute it and wash it away thanks to the soft­ness of the water and a poe­tic pirouette.


You can entrust it to us, we will take care of it. We will call the waters to touch them, to renew them, to reveal them and to give birth to a new, light and enligh­ten story.


📞 Call us and leave this memo­ry las­ting a maxi­mum of 2 minutes, and until March 3rd, on our voi­ce­mail : 0498 224 465


You will be able to dis­co­ver your new sto­ries on the occa­sion of Brussels Water Days on March 21st, in the streets sur­roun­ding the Sewer Museum.


WE.LO(U)VE.RADIO est un pro­jet de série de per­for­mances radio live in situ, pro­po­sée par Aurélie Louve et Jeanne Louve.

WE.LO(U)VE.RADIO is a pro­ject of radio live per­for­mances in situ, pro­po­sed by Auérlie and Jeanne Louve.

Je ne suis pas née femme au BPF2021

Dimanche 28 février de 17h30 à 19h00
En ligne de l’Atelier 210

Pour le Brussels Podcast 2021, l’ACSR pro­pose une écoute col­lec­tive de Je ne suis pas née femme, le nou­veau docu­men­taire de Lucie Robet.

A 17 ans, Lucie apprend qu’elle est née avec le MRKH. Ce ‹syn­drome congé­ni­tal› touche au sexe, et, par rico­chet, à la sexua­li­té et à l’identité. Cette décou­verte l’atteint pro­fon­dé­ment et cham­boule ses préconceptions.

Jusqu’à quel point trans­for­mer son corps pour cor­res­pondre aux attentes des autres ? La nature est-elle injuste ou est-ce notre socié­té qui ne tolère pas assez les dif­fé­rences ? Lucie pose par écrit ses ques­tion­ne­ments et ses réflexions au fil des années. A 46 ans, depuis Bruxelles où elle vit désor­mais, elle fait le bilan de son périple entre les tem­pêtes inté­rieures tra­ver­sées et les périodes d’accalmies.

L’écoute sera sui­vie d’un temps d’é­change entre le public et la réa­li­sa­trice, modé­ré par Emma Pajevic.

Un récit docu­men­taire de Lucie Robet, une co-pro­duc­tion Farrago & RTBF, avec le sou­tien du FACR et de la Bourse Gulliver, accom­pa­gné par l’ACSR

Lucie Robet, réalisatrice

En tant que “ghost­wri­ter”, Lucie a écrit un grand nombre d’articles d’opinion et d’avis d’expert signés par d’autres. Elle a été invi­sible volon­tai­re­ment. Aujourd’hui, ça change. Après une pre­mière fic­tion radio­pho­nique, Maldoror, co-réa­li­sée avec Cristian Fierbinteanu, elle réa­lise son pre­mier docu­men­taire sonore en 2021 : Je ne suis pas née femme.

Toutes les infos se trouvent ici !

Écoute collective ᴀᴄsʀ • Rythmes (in)visibles

En direct de ∏Node le mer­cre­di 27.01 de 18:30 à 20:00

Anna Raimondo et l’ACSR en par­te­na­riat avec nadine vzw vous invitent à l’écoute de Rythmes (In)visibles, une dérive audi­tive dans les ruelles de la Médina de Marrakech à par­tir d’une pers­pec­tive gen­rée et plurielle.

Cette écoute se fera en pré­sence de la réa­li­sa­trice et sui­vie d’une dis­cus­sion avec la cher­cheuse Salomé Voegelin.

L’écoute sera ani­mée par Emma Pajevic avec Bastien Hidalgo Ruiz à la technique.

Un temps de Questions/Réponses sui­vra cette dis­cus­sion : ren­dez-vous sur le chat de ∏Node !

Comment écou­ter la rela­tion entre espaces pri­vés et publics de la Medina à Marrakech ?

Guidées par les oreilles et les voix de Latifa, Mina, Zahra, Meriem Saou’d, Amina, Rachida, Nadira, Khadija et Fatima, ce docu­men­taire sonore pro­pose une dérive audi­tive dans les ruelles de la Medina de Marrakech a par­tir d’une pers­pec­tive gen­rée et plurielle.

En se concen­trant sur l’approche orale et audi­tive, l’intention est de créer un chœur mul­tiple de voix basé sur la nar­ra­tion per­son­nelle de leurs per­cep­tions, valeurs et expé­riences quo­ti­diennes de la ville, en se concen­trant éga­le­ment sur le pay­sage sonore public et ses propres rythmes, que ces femmes contri­buent à composer.

Ce pro­jet s’inscrit dans la recherche doc­to­rale en Arts et Sciences de l’Art menée par l’artiste entre l’ARBA et l’ULB à Bruxelles : « Nouveaux genres d’écoute: voix, corps, silences et territoires ».

____________________________________________________

Une pro­duc­tion de Deutschlandfunk Kultur en co-pro­duc­tion avec l’ACSR, Studio Euphonia- Radio Grenouille à Marseille
Avec le sou­tien de Manifesta 13 Marseille et de Wallonie Bruxelles International
Réalisé lors de la rési­dence artis­tique LE 18 dans le cadre du pro­gramme Qanat en par­te­na­riat avec la Fondation Dar Bellarj à Marrakech (les Ateliers Collectifs)

Équipe de réalisation
Interviews, mon­tage et réa­li­sa­tion : Anna Raimondo
Prise de son avec Jeanne Debarsy
Mixage et prise de son addi­tion­nelles : Bastien Hildalgo Ruiz
Traduction du dari­ja au fran­çais par Aida Bouissehak & Nourredine Ezarraf
Médiation : Noureddine Ezarraf, Maha el Madi & Francesca Masoero

Merci aux pro­ta­go­nistes Latifa, Mina, Zahra, Meriem Saou’d, Amina, Rachida, Nadira, Khadija et Fatima
A toute l’é­quipe pour le pro­fes­sion­na­lisme, leur com­pli­ci­té et leur engagement


Anna Raimondo uti­lise la voix et l’écoute comme des pla­te­formes de ren­contre, de col­la­bo­ra­tion et d’échange, des outils de dif­frac­tion des identités. En ques­tion­nant les limites entre le public et le privé ain­si qu’entre les genres et les conno­ta­tions qu’y sont associées, elle réactive ou déconstruit des ima­gi­naires et des pra­tiques cultu­relles (de la figure de la sirène aux chan­sons pop jusqu’aux encou­ra­ge­ments et aux dic­tons) pour rejouer et flui­di­fier les notions d’identité et de subjectivité.

Diplômée du Master en Arts sonores (University of the Arts of London), Anna Raimondo pour­suit actuel­le­ment ses recherches doc­to­rales sur l’écoute et sa rela­tion avec la dis­ci­pline de la géographie urbaine à par­tir d’une pers­pec­tive féministe inter­sec­tion­nelle. Cette thèse est réalisée en codi­rec­tion entre l’Université libre de Bruxelles (Daniel Vander Gucht) et l’Académie royale des beaux-arts de Bruxelles (Daniel Blanga Gubbai).

Anna Raimondo a par­ti­cipé à plu­sieurs expo­si­tions et fes­ti­vals inter­na­tio­naux, dont entre autres : l’exposition per­son­nelle « Nada que decla­rar » au Centro Cultural Matienzo de Buenos Aires (com­mis­saire : Tam Ciai Painé) en 2019 ; « Seremos serais de la mane­ra más alegre » au CAso- Casa del Bicentenario de Buenos Aires (com­mis­saire : Florencia Curci) en 2018 ; l’exposition col­lec­tive « Invisible » dans le cadre de la Biennale de Dakar (com­mis­saire : Alya Sebti) en 2018 ; l’exposition col­lec­tive « Africa is not an island » au MACAAL de Marrakech en 2018 ; « Nuove fron­tiere del benes­sere dell’ecosistema vagi­nale » à la gale­rie Ex Elettrofonica de Rome (com­mis­saire : Lucrezia Cippitelli) en 2017 ; « Nous serions sérieuses de la manière la plus heu­reuse » au Cube – inde­pendent art room à Rabat en 2017 ; « Mi por­ti al mare? » au MAAC de Bruxelles (com­mis­saires : Nancy Casielles et Nancy Suárez) en 2016. Ses tra­vaux radio­pho­niques ont été diffusés dans différents pays et en plu­sieurs langues : Kunst Radio, Deutschlandradio Kultur, RAI, RTBF…

En qua­lité de com­mis­saire, elle a tra­vaillé à des pro­jets d’art sonore et radio­pho­nique dans différents espaces et événements, comme la docu­men­ta 14 – Radio Program à la SAVVY Galery de Berlin ou le Friday Late au V&A Museum à Londres. Elle a été primée à plu­sieurs reprises : prix Médiatine de la Ville de Bruxelles en 2018; Palma Ars Acustica pour la création radio­pho­nique « Me, my English and all the lan­guages of my life » en 2016 ; prix d’art sonore PIARS pour le pay­sage sonore « La vie en Bleu » en 2014.

Salomé Voegelin is an artist, wri­ter and resear­cher enga­ged in lis­te­ning as a socio-poli­ti­cal and neces­sa­ri­ly inter­dis­ci­pli­na­ry prac­tice. She writes essays, books and text-scores for per­for­mance and publi­ca­tion. Her latest book The Political Possibility of Sound, Bloomsbury 2018, arti­cu­lates a poli­tics that includes crea­ti­vi­ty and inven­tion and ima­gines trans­for­ma­tion and col­la­bo­ra­tion as the basis of our living toge­ther. Voegelin’s prac­tice engages in par­ti­ci­pa­to­ry, col­lec­tive and com­mu­nal approaches. She co-convenes, with Mark Peter Wright, the regu­lar cross-dis­ci­pli­na­ry lis­te­ning and sound making event Points of Listening www.pointsoflistening.wordpress.com, and uncu­rates cura­to­rial conven­tions through per­for­mance. She is the PI (Principle Investigator) of the UK research coun­cil fun­ded pro­ject Listening across Disciplines II www.listeningacrossdisciplines.net. Since 2008 she col­la­bo­rates with David Mollin (Mollin+Voegelin) in a prac­tice that recon­si­ders socio-poli­ti­cal, archi­tec­tu­ral and aes­the­tic actua­li­ties and sites through the pos­si­bi­li­ties of sound, things, voices and texts.

www.salomevoegelin.net

Bye Bye 2020! Et joyeux 2021 !

Toute l’é­quipe de l’ACSR vous sou­haite une belle année 2021 pleine de cou­leurs, d’a­mour, de san­té, de soli­da­ri­tés et décovidplexée !

Malgré les condi­tions par­ti­cu­lières de 2020, la créa­tion radio­pho­nique ne s’est pas avouée vain­cue. De nom­breuses pièces ont vu le jour, ont gagné des prix, et vous avez été nombreux·ses à les écou­ter. Retour sur celles que nous avons accom­pa­gnées au cours de cette année !

Les der­nières créa­tions sonores de 2020

Pour fêter cette nou­velle année qui com­mence, nous vous invi­tons à écou­ter les der­nières pro­duc­tions accom­pa­gnées par l’ACSR en 2020 :

Après la pluie, un docu­men­taire de Jeanne Debarsy sur les che­mins de l’Ethiopie dans une com­mu­nau­té nom­mée Awra Amba.

Clinique de la mémoire morte, une fic­tion en série de Sebastian Dicenaire. 4 épi­sodes qui nous dévoilent com­ment ne plus jamais perdre un seul sou­ve­nir grâce à une tech­no­lo­gie révolutionnaire.

Les trans­mis­sions, La guerre en héri­tage, une série docu­men­taire qui nous trans­porte dans le récit des des­cen­dants de celles et ceux qui ont com­bat­tu avec ou contre les occu­pants alle­mands durant la Seconde Guerre en Belgique.

Zoé de 1 à 7, le por­trait d’une sirène pas comme les autres ! Une créa­tion sonore dif­fu­sée dans le cadre de l’émission STORIES ON AIR, pro­duite par l’association ART2WORK en par­te­na­riat avec l’ACSR et Radio Panik

Et sans oublier Bon, Jean Michel !, Coeur d’au­ber­gine, Des patates et des luttes, Frères, Les ter­rains vagues du sonore, Est, Ouest, L’été 86, Un moine dans la vile : des docu­men­taires de qua­li­té pour s’im­mer­ger dans d’autres réa­li­tés, tous aus­si pro­duits en 2020 et en écoute sur toutes les plate-formes de podcast !

De nou­velles créa­tions sonores seront en ligne très bien­tôt. Restez à l’affût !

L’ACSR se renou­velle en 2021

Fini les bugs sur le site pour écou­ter les créa­tions sonores, fini aus­si de cher­cher une info pen­dant des heures !

L’ACSR sort bien­tôt son nou­veau site avec une nou­velle iden­ti­té visuelle. Et voi­ci un aper­çu, juste au des­sus, de ce qui arrive ! Dans le cou­rant de cette année, nous lan­çons aus­si une plate-forme audio : ‹Radiola›. Vous y retrou­ve­rai tout le cata­logue de l’ACSR, des chaînes de pod­cast thé­ma­tiques, et même des articles !

Le pro­chain stage : Podcast Café #2

En amont du Brussels Podcast Festival 2021, l’ACSR pro­pose un ate­lier d’accompagnement à la réa­li­sa­tion de pod­cast. Le Podcast Café #2 sera ani­mé Fabienne Laumonier et Christophe Rault le week-end du 6 et 7 février & le 23 et 25 février à l’ACSR.

Plus d’in­for­ma­tions sur ce stage et ins­crip­tions ici

Les pro­chains stages de Montage & Mixage, d’é­cri­ture et La Coquille auront lieu vers le mois de mars. Les infos sui­vront sur notre site !

Séances d’é­coute à venir

Difficile de se pro­non­cer déjà sur les pro­chaines dates des écoutes col­lec­tives et publiques.

Si tout va bien, nous vous don­nons rendez-vous :

Le mer­cre­di 20 jan­vier au Centre Culturel Jacques Franck pour l’é­coute du docu­men­taire ‹Des patates et des luttes›, réa­li­sé par Pierrette Pasteels, Corinne Ricuort et Hélène Hocquet. Un voyage poé­tique et poli­tique autour des patates en Belgique !

Le mer­cre­di 27 jan­vier pour la Semaine du Son, aus­si au CCJF. Au pro­gramme pour cette édi­tion : l’é­coute de Rythmes (In)visibles d’Anna Raimondo, une dérive audi­tive dans les ruelles de la Medina de Marrakech a par­tir d’une pers­pec­tive gen­rée et plu­rielle. Cette écoute se fera en pré­sence de la réa­li­sa­trice et sui­vie d’une dis­cus­sion avec la cher­cheuse Salomé Voegelin. Infos à suivre !

Prix & Concours

Les Prix BPF du Brussels Podcast Festival, une nou­veau­té cette année ! À tra­vers 3 prix dis­tincts (fic­tion, docu­men­taire et prix du public), elles et ils récom­pen­se­ront les meilleures pro­duc­tions réa­li­sées en Belgique fran­co­phone au cours de l’année 2020.
> Envoyez votre pro­duc­tion avant le 08 jan­vier 2021 minuit et retrou­vez le règle­ment ici

OPEN CALL YASS! is 5 months 1:1 men­tor­ship pro­gram for emer­ging or expe­rien­ced authors and audio artists of any age.
YASS! is €1200 co-pro­duc­tion grant, digi­tal masterclasses
> DEADLINE: January 17th 2021 @ 11PM (CET) / More info here

Åke Blomström Award 2021 CALLING YOUNG RADIO PRODUCERS
The Åke Bomström Award offers to young and pro­mi­sing radio fea­ture makers the chance to attend a spe­cial docu­men­ta­ry trai­ning pro­gram, to join the International Feature Conference 2021 and to par­ti­ci­pate in the Prix Europa 2021.
> DEADLINE: 23th of January 2021 / More info here

Le FACR est en danger !

L’aide aux projets de création radiophonique coupée de deux tiers

Seuls un tiers des projets sélectionnés pour le FACR sont retenus suite à l’appel à projets de juin 2020

Nous venons d’apprendre que le gou­ver­ne­ment ne sui­vra pas l’avis de la com­mis­sion consul­ta­tive du Fonds d’Aide à la Création radio­pho­nique (FACR).

Il en résulte que deux tiers des pro­jets sélec­tion­nés ne seront pas soutenus.

Comment se fait-il que l’on réduise aus­si for­te­ment les enve­loppes dédiées à la créa­tion et à l’emploi artis­tique en ce temps de crise sani­taire qui impactent dure­ment les artistes ? 

Une coupe budgétaire qui couvre un dysfonctionnement structurel

Relisez l’ar­ticle et la carte blanche de l’ASAR (ASsociation des Auteurs⋅rices, réalisateurs⋅rices et producteurs⋅rices Radio) qui annon­çait déjà les pro­blèmes à venir ici

Pour aller plus loin, revi­sion­nez l’é­mis­sion Mont des Arts sur BX1 avec les autrices Caroline Berliner et Paola Stévenne, le créa­teur sonore Sébastien Schmitz du Collectif Wow! et Carmelo Iannuzzo de l’ACSR.

Mont des Arts – La créa­tion radio­pho­nique en danger ?

Les moyens d’actions

Envoyer une lettre aux membres du gouvernement

Afin d’exercer une pres­sion sur le gou­ver­ne­ment de la Fédération Wallonie-Bruxelles, nous vous invi­tons à reprendre, telle quelle et en votre nom, cette lettre et à l’envoyer sépa­ré­ment aux des­ti­na­taires suivants :
Pierre Yves Jéolet, Ministre-Président de la Fédération Wallonie Bruxelles, info.jeholet@gov.cfwb.be
Fréderic Daerden, Vice-Président de la Fédération Wallonie Bruxelles, frederic.daerden@gov.cfwb.be
Bénédicte Linard, Ministre de la Culture, des Média et des Droits des femmes linard@gov.cfwb.be

Relayer l’information dans vos réseaux

  • Sur Twitter avec le texte «L’aide aux pro­jets de créa­tion radio cou­pée de deux tiers ! L’association des auteur·rices, réalisateur·rices radio (ASAR) crie au scan­dale en pleine crise sani­taire. Je demande que les bud­gets de la créa­tion radio­pho­nique soient aug­men­tés.» en taguant
  • Sur Instagram & Facebook en repre­nant la pho­to, accom­pa­gnée d’un texte et d’un lien vers cette page

Partager par mes­sage à votre car­net de contacts.
Proposer à vos ami·es de vous abon­ner au groupe face­book de l’ASAR.
Liker le plus pos­sible cette infor­ma­tion sur le pro­fil de vos amis.

Les autrices et les auteurs radio ont plus que jamais besoin de votre soutien.

Merci à vous toutes et vous tous !

Reportée — Écoute collective ᴀᴄsʀ • Des patates et des luttes • Mois du Doc

Suite aux der­nières mesures, l’é­coute col­lec­tive du docu­men­taire ‹Des patates et des luttes› est repor­tée au mer­cre­di 20 jan­vier 2021, même heure et même endroit.

🥔 On espère vous y voir, pour un voyage poé­tique et poli­tique autour des patates en Belgique !

Cette écoute était pré­vue dans le cadre du Mois du Doc en pré­sence des réa­li­sa­trices Pierrette Pasteels, Corinne Ricuort et Hélène Hocquet sui­vie d’une discussion

🍸 Avec une cap­sule sonore apé­ri­tive pro­po­sée par BNA-BBOT

𝙎𝙮𝙣𝙤𝙥𝙨𝙞𝙨 :
« Du poli­tique au poétique »
Partons en Belgique pour une balade poé­tique et fes­tive au cœur de luttes contem­po­raines, à tra­vers le prisme de la patate. Qu’elle soit plan­tée, ven­due ou par­fois même arra­chée, voi­ci l’emblématique tuber­cule his­sé au rang d’objet poli­tique. Sur son che­min, s’entrecroisent amoureux·ses de la pomme de terre, penseur·euses, acti­vistes, paysan·nes et autant de com­bats revi­si­tés empreints de déso­béis­sance civile.

Un docu­men­taire pro­duit par Alternative Culture avec le sou­tien du FACR et de l’ACSR

𝙄𝙣𝙛𝙤𝙨 𝙥𝙧𝙖𝙩𝙞𝙦𝙪𝙚𝙨 :
• Gratuit
🕰️ Ouverture des portes à 18h30
📌 Centre Culturel Jacques Franck — Chaussée de Waterloo 94, 1060 Saint-Gilles
Réservations sur https://bit.ly/3jZ2Nar

Reportée — Séance d’écoute • Les terrains vagues du sonore

Écoute collective chez nos voisin·es suivie d’une discussion avec le réalisateur Hervé Brindel

𝙎𝙮𝙣𝙤𝙥𝙨𝙞𝙨 :

« D’un point de vue sonore, le silence n’est pas une absence de son. Et com­ment pour­rait-il en être autre­ment puisque «Toujours l’existence pal­pite et fait entendre une rumeur qui ras­sure sur la per­sis­tance des repères essentiels.»

Alors, je me suis mis en quête dans les ter­rains vagues du sonore, afin d’ausculter le silence et de ques­tion­ner notre rela­tion au bruis­se­ment du monde. »

Un docu­men­taire réa­li­sé avec l’aide des stu­dios PomZed et le sou­tien du Fond d’aide à la Création Radiophonique de la Fédération Wallonie Bruxelles

𝙄𝙣𝙛𝙤𝙨 𝙥𝙧𝙖𝙩𝙞𝙦𝙪𝙚𝙨 : à suivre

Restez connecté·es pour la pro­chaine date !

__________________________

◆ Hervé Brindel est connu pour avoir réa­li­sé La Beune en 2016, Regards croi­sés en 2004, Made Wianta en 1991. Il a aus­si réa­li­sé vingt-huit docu­men­taires mon­tés entre 2000 et 2014, notam­ment au GSARA asbl. Il a d’ailleurs été res­pon­sable de la régio­nale de Bruxelles du GSARA asbl entre 2010 et 2014 et s’oc­cu­pait d’or­ga­ni­ser des ate­liers col­lec­tifs en radio, vidéo et de créer des outils pédagogiques.

Hervé est aus­si pas­sion­né de radio. Il a ani­mé et réa­li­sé l’émission radio « Objecteurs de Croissance » à Radio Panik entre 2005 et 2011. Entre 2013 et 2018 il a mon­té 5 docu­men­taires sonores : Moi raciste de Liévin Chemin, Le spleen de Lucy de Sarah Fautré et Mira Goldwicht, Le nez dans le gui­don de Liévin Chemin, Les experts du bitume de Vanessa Crasset, Pratiques de femmes, de l’intime au poli­tique de Gaëtane Meurice.

Séance d’écoute • Est-Ouest — Eté 86

Écoute publique en présence du réalisateur
Séance animée par Marianne Sluszny

𝙎𝙮𝙣𝙤𝙥𝙨𝙞𝙨 :
Août 1986, une ren­contre amou­reuse, hasar­deuse, dans une rue noc­turne, à Budapest. A ses risques et périls, Richard emmène jusqu’à Bruxelles, Ferenc, un jeune rou­main. 3 ans plus tard, le mur de Berlin s’écroule, le com­mu­nisme est vrai­ment mort. Et pour ceux de l’Est, Coca-Cola est deve­nu le sym­bole de la liberté.
Quand ils se retrouvent aujourd’hui, tout a chan­gé. Une saga pas­sion­née en 15 épi­sodes, le mythe d’un amour clan­des­tin, dans la tra­ver­sée illé­gale de 1986, qui va se fra­cas­ser la tête contre le mur du pro­jet des existences.

◆ Richard Kalisz est né en 1945 à Lausanne de parents juifs polo­nais venus de Varsovie et ayant échap­pé à l’extermination grâce à leur fuite en Suisse. Artiste et per­son­na­li­té contro­ver­sée, il n’a jamais vou­lu céder aux normes des ins­ti­tu­tions et des pro­duc­tions. Exclu de l’INSAS en 1967 pour contes­ta­tion radi­cale, il y est deve­nu pro­fes­seur en 1980.

◆ Marianne Slusny est pro­duc­trice d’é­mis­sions et de docu­men­taires cultu­rels à la RTBF et pro­fes­seur de phi­lo­so­phie à l’Institut National Supérieur des Arts Visuels de la Cambre. Elle vient d’é­crire et d’é­di­ter «Le Banc», un chant d’a­mour pour main­te­nir en vie, son mari, Guy Lejeune.

𝙄𝙣𝙛𝙤𝙨 𝙥𝙧𝙖𝙩𝙞𝙦𝙪𝙚𝙨 :
• Gratuit - Réservation obligatoire
🗓️ Lundi 12 octobre - 19h
📌 Centre Culturel Jacques Franck
Chaussée de Waterloo 94 - 1060 Saint-Gilles, Belgique

Séance d’écoute • Rythmes (in)visibles

► Un projet d’Anna Raimondo

Vendredi 2 Octobre de 18h à 19h30
à l'IMéRA (sur réservation uniquement)
2 Place Leverrier, 13004 Marseille

Radio Grenouille et Manifesta Biennial 13 Marseille invitent Anna Raimondo à pré­sen­ter son nou­veau docu­men­taire sonore. Vous pou­vez y assis­ter en chair et en os et nous retrou­ver à 18h00 à l’IMéRA à Marseille, ou bien sui­vant le lien pour une écoute en direct strea­ming sur Radio Grenouille.

Pour celles et ceux qui se trouvent à Marrakech, vous pou­vez aus­si nous rejoindre à Dar Bellarj, sous réser­va­tion par email (le18marrakech@gmail.com) à 17h00 GMT+1 avec les pro­ta­go­nistes du docu­men­taire radiophonique.

Réservez ici
+ à Dar Bellarj à Marrakech (sur réser­va­tion uni­que­ment / place limi­tées — mer­ci d’é­crire au le18marrakech@gmail.com


Guidées par les oreilles et les voix de Latifa, Mina, Zahra, Meriem Saou’d, Amina, Rachida, Nadira, Khadija et Fatima, «Rythmes (in)visibles» pro­pose une dérive audi­tive dans les ruelles de la Medina de Marrakech à par­tir d’une pers­pec­tive gen­rée et plu­rielle. En se concen­trant sur une approche audio-orale, l’intention est de créer un chœur mul­tiple de voix basé sur la nar­ra­tion per­son­nelle de leurs per­cep­tions, valeurs et expé­riences quo­ti­diennes de la ville, en se concen­trant éga­le­ment sur le pay­sage sonore public et ses propres rythmes, que ces femmes contri­buent à composer.

Nous avons donc déci­dé d’écouter plu­tôt que d’ob­ser­ver la com­plexe rela­tion entre visi­bi­li­té et invi­si­bi­li­té des corps des per­sonnes iden­ti­fiant en tant que femmes dans l’espace public à Marrakech, nous foca­li­sant plu­tôt sur com­ment écou­ter les liens entre espaces pri­vés et publiques et ce que ils peuvent relever.

› Interviews, mon­tage et réa­li­sa­tion : Anna Raimondo
Prise de son avec Jeanne Debarsy
Mixage et prise de son addi­tion­nelles : Bastien Hildalgo Ruiz
Traduction du dari­ja au frances par : Aida Bouissehak et Nourredine Ezarraf
Médiation : Noureddine Ezarraf, Maha el Madi & Francesca Masoero

› Produit par Deutschlandfunk Kultur en co-pro­duc­tion avec ate­lier de créa­tion sonore radio­pho­nique à Bruxelles, Studio Euphonia- Radio Grenouille à Marseille.

› Présenté dans le cadre de Manifesta 13 Marseille et réa­li­sé grâce à la rési­dence artis­tique LE 18 dans le cadre du pro­gramme Qanat et et en par­te­na­riat avec la Fondation Dar Bellarj à Marrakech, dans le cadre des Ateliers Collectifs.

› Anna Raimondo uti­lise la voix et l’écoute comme des pla­te­formes de ren­contre, de col­la­bo­ra­tion et d’échange, des outils de dif­frac­tion des iden­ti­tés, des moyens de com­mu­ni­ca­tion, des conduits rela­tion­nels. En ques­tion­nant les limites entre le public et le pri­vé ain­si qu’entre les genres et les conno­ta­tions qu’y sont asso­ciées, elle réac­tive ou décons­truit des ima­gi­naires et des pra­tiques cultu­relles (de la figure de la sirène aux chan­sons pop jusqu’aux encou­ra­ge­ments et aux dic­tons) pour rejouer et flui­di­fier les notions d’identité et de sub­jec­ti­vi­té. Finalement, il s’agit d’écouter et d’interroger – d’une façon tou­jours acces­sible et sou­vent iro­nique – la place des femmes, cis et trans, dans la sphère publique et, plus géné­ra­le­ment, notre rela­tion à l’Autre et à l’altérité.

► Programme sonore avec Manifesta Biennial
Du 3 sep­tembre au 29 octobre 2020
Le Programme sonore sou­haite valo­ri­ser les champs de la créa­tion et de la média­tion sonore. Pour cela, Manifesta 13 donne carte blanche à Radio Grenouille – Euphonia pour pen­ser un pro­gramme d’accompagnement et de dif­fu­sion d’artistes sou­hai­tant s’initier ou tra­vaillant déjà les arts sonores. Seront ain­si mises en œuvre deux rési­dences de créa­tion sonore, six séances d’écoutes en entrée libre dans Marseille et une Galerie Sonore à la pré­sence régu­lière sur nos ondes.

Séance d’écoute • La Mue — Le sanglier et le papillon

Écoute collective dans le cadre du programme Á la folie / Waanzin du Cinéma Nova introduite et suivie d’une discussion avec la réalisatrice Jen Debauche

𝙀𝙙𝙞𝙩𝙤 :

Réduction des liber­tés pour se pro­té­ger soi et les autres, enfer­me­ment, perte de contacts sociaux, sur­veillance, peurs, contrôle des corps, gestes et consignes obses­sion­nels, mono­po­li­sa­tion des débats et des prises de déci­sion par la science et la méde­cine… Ça vous rap­pelle quelque chose ? L’actualité brû­lante, inquié­tante, enva­his­sante bien sûr, mais pas seule­ment. Fous, schi­zo­phrènes, bor­der­line, inadap­tés connaissent bien la chan­son. Aujourd’hui, les noces du sécu­ri­taire et du sani­taire sont à l’honneur, celles-là même qui consti­tuent l’origine de la psy­chia­trie et dont les effets ne font que ren­for­cer l’aliénation.

𝙎𝙮𝙣𝙤𝙥𝙨𝙞𝙨 :

« Je tra­vaillais pour la Commission euro­péenne, je pilo­tais un sémi­naire au Portugal, je dor­mais 3 heures par jour. Un matin, au lieu d’aller à mon bureau, j’ai ache­té une hâche et l’ai appor­tée devant la direc­trice du dépar­te­ment qui m’avait embau­ché…» Bruno raconte cal­me­ment cet épi­sode de sa vie, il en est sor­ti. Personne n’est à l’abri d’une tra­ver­sée du miroir en ter­ri­toire de folie. Les témoi­gnages poi­gnants et fas­ci­nants de cette créa­tion sonore nous plongent dans une matière fic­tion­nelle intense. La mala­die n’est pas que souf­france, elle est aus­si matière à réflé­chir, à ques­tion­ner, à inventer. »

𝙄𝙣𝙛𝙤𝙨 𝙥𝙧𝙖𝙩𝙞𝙦𝙪𝙚𝙨 :
• 6€ / 4€
📌 Cinéma Nova - Rue d'Arenberg 3
1000 Bruxelles

__________________________

◆ On connait bien les films expé­ri­men­taux en pel­li­cule argen­tique de Jen Debauche au Nova. Cinéaste d’exception et co-fon­da­trice du labo­ra­toire ciné­ma­to­gra­phique d’artiste LABO BxL, elle déploie ici une nou­velle facette de son tra­vail en abor­dant le docu­men­taire avec brio, tant dans l’approche que dans le choix des intervenants.

Collage en illus­tra­tion de Lucile Desamory