Archives de la catégorie : Empreinte

Me, my English and all the languages of my life

Anna_radio

Vivant et travaillant dans le monde entier, Anna Raimondo s’interroge sur sa relation avec les différentes langues de sa vie: l’italien, l’espagnol, le français et l’anglais. Elle décide de suivre  un cours de phonétique pour apprendre à parler avec un accent britannique. Quelque part entre le ridicule et le sérieux, l’hésitation et l’encouragement, l’exploration de Anna invite les auditeurs à  une dégustation hybride de langues.

Phonobiographie #1

phonobio back side mouths end

C’était un jour d’hiver, à Madrid. J’ai pris l’express ‘Puerta del Sol’ vers Bruxelles. A cette époque, Hendaya était le terminus de nos trains. Les rails espagnols et français n’avaient pas le même écartement. Chez nous, les voies étaient plus étroites, petite mesure de défense prise par le gouvernement de Franco. On descendait du train, la valise dans une main et dans l’autre le passeport bien serré. Au milieu de la nuit, on traversait cet espace à ciel ouvert, clôturé par des fils de métal ; couloir étroit et silencieux, inquiétant, ‘tierra de nadie’. De l’autre côté, vingt-six ans d’une autre vie m’attendaient et, je crois que je le devine déjà. Ce jour-là, je n’avais que vingt-six ans. Avant ce jour-là, il y a eu d’ autres jours, des milliers des jours que j’entends encore…

« La vie n’est pas ce que l’on a vécu, mais ce dont on se souvient et comment on s’en souvient » – Gabriel Garcia Marquez.

Chinoiserie

chaochow hotel nov recadré

« Il est un pays superbe, un pays de Cocagne, dit-on, que je rêve de visiter avec une vieille amie. Pays singulier, noyé dans les brumes de notre Nord, et qu’on pourrait appeler l’Orient de l’Occident, le Chine de l’Europe, tant la chaude et capricieuse fantaisie s’y est donné carrière…»

Baudelaire, L’invitation au voyage, 1864.

En savoir plus sur le projet « de chine » :
dechine.makaz.net
residence.lettrevolee.com/spip.php?rubrique17

HO

HO 4

HO où j’ai passé quelques semaines à marcher, et à marcher, en Islande, la terre y éjecte sa matière, et sa matière est de l’eau, et sa matière est de l’air, et sa matière est du feu et de la terre. Les plaques (tectoniques) croissent et on croise une multitude de petits geysers, des fumerolles provenant des entrailles de la terre. HO est à la fois un documentaire animalier sur la disparition des dinosaures islandais, un docu-fiction d’expédition volcanique, une fiction sur l’histoire de l’univers et l’apparition de la matière selon les quantas.

C’est une histoire d’attirances, de forces, de répulsions, d’agencements, de chocs. D’amour et de haine. Voici ce que pourrait proposer cette abstraction. Ils sont mignons comme des petits lézards, dangereux comme un T-rex, et pourtant, ne sont que de l’eau et du vent. Parfois, un peu de terre, bleue. Ou rouge.

Et tout cela fait se rapprocher l’auditeur de sa radio, car il pense qu’un nouveau pulsar interfère avec les fréquences radios de son poste radio.

thomasturine.wordpress.com

Ultrasonic City

Pièce anglophone
[FR] Que peut-on encore entendre dans la ville ?
A quel endroit les chauves-souris et les grillons communiquent-ils ?
Quels sons peut-on percevoir dans le domaine des ultrasons ?
Des sons qui seraient si hauts, que nos oreilles humaines ne peuvent les percevoir.
C’est ce monde sonore qu’Ultrasonic City souhaite rendre audible, pour lui redonner place en ville et dans notre monde.
[EN] What do you hear in the city? What sounds are only perceptible in the ultrasonic realm, where bats and crickets communicate? Sounds which are so high, our human ears cannot perceive them. This acoustic world becomes audible in Ultrasonic City and they get their place in the sounds of the city and the world