Archives de la catégorie : Empreinte

Peur-répondre

Commentaires ame­nés à par­ler. Une créa­tion radio­pho­nique de textes trou­vés.

Au moment où l’outil poli­tique — peur — est fécon­dé par la numé­ri­sa­tion des médias une réac­tion semble vitale: arti­cu­ler et par­ta­ger les peurs dif­fuses, sour­noises.
Les com­men­taires sont des fils de dis­cus­sions sans queue ni tête. Ces poly­logues se trans­forment-ils quant on tente de les faire entendre?

Malgré les algo­rithmes qui filtrent, ana­lysent, cen­surent et des équipes d’administrateurs qui gèrent du conte­nu; il n’y a pas de vue d’ensemble. Nous ne pou­vons qu’en rete­nir des frag­ments, des ins­tan­ta­nés, des snap-shots. Des idées.

Comme maté­riau d’écriture, Peur-répondre uti­lise des com­men­taires écrits, authen­tiques, trou­vés sur inter­net. Ils sont pris aux sérieux et inter­pré­tés par des voix ama­teurs. Nous avons ras­sem­blé ces frag­ments sonores sous forme de col­lage.

Le dis­cours n’est pas déta­chable du média. Quelle tableau appa­raît lors d’une soni­fi­ca­tion hybride de ces pla­te­formes, for­cé­ment sub­jec­tive et linéaire? Nous avons tra­duit et ren­du audible les élé­ments visuels des pla­te­formes: Para-textes, Thumbnails, Likes, Scrolls etc.

À la place de la quan­ti­fi­ca­tion et de la sta­tis­tique, nous cher­chons à rendre compte avec nos moyens artis­tiques. C’est notre contri­bu­tion à la dis­cus­sion.

On écoute la radio et parfois on l’entend

Quand écou­ter est une ten­ta­tive, entendre est un évè­ne­ment.
Si le son est une forme sub­tile de tou­cher, qu’en est-il de la radio?
On écoute la radio et par­fois on l’entend est un exer­cice de style, un petit jeu d’écoutes gigognes qui essaie de sai­sir ce moment où une ren­contre peut avoir lieu.

Cartophonie, Le Sacrifice de Franck – Symphonie en 6 mouvements d’un Ancien Monde

1 er flux
Cerveau 1 – « Sommes-nous pié­gés dans une boucle musi­cale ? »
Cerveau 2 – « Imaginons les voix des pro­ta­go­nistes se maté­ria­li­ser à par­tir d’un vinyle. »
Cerveau 3 – « Imaginons qu’elles essaient d’en sor­tir et pour cela elles doivent par­cou­rir l’univers maté­riel du vinyle. »

2 ème flux
Cerveau 2 – « Alors com­ment s’imaginer ce monde ? »
Cerveau 3 – « Pourquoi pas une carte ? »
Cerveau 1 – « Une carte sonore afin de situer les pro­ta­go­nistes ! »

Dans un monde qui exerce une main­mise sur la tota­li­té des acti­vi­tés indi­vi­duelles, la radio passe en boucle un seul et même mor­ceau de musique.
L’animateur dépour­vu de pas­sion va indi­rec­te­ment inter­fé­rer dans la lec­ture de ce vinyle.
De ce simple mou­ve­ment, vont prendre forme les per­son­nages du vinyle et petit à petit, mener une sorte de révo­lu­tion contre leur vie mono­tone et répé­ti­tive.

Just a perfect sounday

Dimanche 18 février 2018 de 14h à 23h
Au ciné­ma Nova — rue d’Arenberg 3, 1000 Bruxelles
Entrée: 6e/4e

L’espace d’un dimanche, le ciné­ma Nova éteint momen­ta­né­ment son écran et invite l’atelier de créa­tion sonore radio­pho­nique pour un mez­zé radio­pho­nique inter­gé­né­ra­tion­nel, à savou­rer avec curio­si­té et goût du risque.

Programme:

14:00 – Séance d’écoute
Débruitage
Christophe Deleu & François Teste, FR, 53′

15:30 – Séance d’écoute pour ENFANTS
Avec la col­la­bo­ra­tion de Puce à L’Oreille (Québec), Armada pro­duc­tions (France)…

16:30 – ATELIER JEUNE PUBLIC
L’envers du décor
Atelier brui­tage par Zoé Tabourdiot
Réservation: stages@acsr.be ( 8 enfants entre 6 et 12 ans)

16:30 – Séance d’écoute
Ciné Waves : le ciné­ma à la radio
Cabiria Chomel & Corinne Dubien

17:30 – Séance d’écoute
Paroles du dedans : Centrale de St Maur
René Farabet, Prix Futura 1993, 62’

18:45 CREATION-PERFORMANCE COLLECTIVE
Yoga citoyen
Collectif Silence Ça Urge (Utopies sonores 2017), 9′, 2017

19:00 PERFORMANCE
La Syrinx & Le Rouleau de Printemps
PAR Anne Lepère & Marion Sage, 25′

19:30 – 20:30
Restauration – ren­contre au bar

20:30 – Séance d’écoute
La Valla
Hadewijch Vanhaverbeke, vo nl st fr, 20′

21:00 PERFORMANCE
Annah à tra­vers la harpe
PAR David Chazam & Léa Roger, 30′
D’après « Aucun sou­ve­nir assez solide »,
Un texte de Alain Damasio

21:30 PERFORMANCE
Cock Porn
Sara Amari & Povitch Augsburger.
BRUITAGE: Emilie Bender (Radio Moniek).
REALISATION: Carine Demange (Radio Moniek), 30’

Et toute la jour­née :
Présence de l’asbl d’Une Certaine Gaité (Liège), de l’ASAR (AsSociation des Auteurs Radios
+ Salle d’écoute des pro­duc­tions de l’acsr réa­li­sées dans le cadre de l’appel à pro­jet Empreinte.

Le pro­gramme en détail

Trait pour trait

Ni tota­le­ment fic­tion, ni exclu­si­ve­ment docu­men­taire, ce por­trait explore une zone de cir­cu­la­tion où modèle et por­trai­tiste se ren­contrent. Comme un jeu de cligne-musette où les rôles de celui qui compte et de celui qui se cache seraient ren­dus poreux. Enregistrées lors de cinq tom­bées de nuit consé­cu­tives dans l’intimité du salon, les paroles de Nadia invitent l’auditeur à une par­tie de colin-maillard ; yeux ban­dés et bras ten­dus, libre de devi­ner les contours d’un visage qui prend inlas­sa­ble­ment la tan­gente.

La Semaine du Son 2018: demander le programme!

La pro­chaine édi­tion de la Semaine du Son se dérou­le­ra du lun­di 29 jan­vier au dimanche 4 février 2018 !

La Semaine du Son de Bruxelles s’inscrit dans un mou­ve­ment inter­na­tio­nal sou­cieux de faire décou­vrir au public le son dans tous les aspects et à sen­si­bi­li­ser tous les acteurs de la socié­té à l’importance de la qua­li­té de l’environnement sonore. Après l’édition de Paris et avant celle de Bucarest, la Semaine du Son de Bruxelles orga­ni­se­ra une série d’événements liés au son dans divers lieux bruxel­lois tels que Flagey, la Salle Gothique de l’Hôtel de ville, le Musée des Instruments de musique…

L’acsr vous donne trois RDV:

Le 1/02 de 18h30 à 23h au RITCS pour une écoute binau­rale au casque de La pre­mière fois que je suis deve­nu fou(le) de Jeanne Debarsy & Maël G. Lagadec.

Le 3/02 de 10 à 17h au C.C Jacques Franck pour un ate­lier d’écoute immer­sive avec Davide Tidoni. Et à 17h30 pour une pré­sen­ta­tion publique.

Le 4/02 de 17h à 19h30 au C.C Jacques Franck pour une écoute des der­nières réa­li­sa­tions Empreintes:

  • Peur — répondre
    com­men­taires d’internet ame­nés à par­ler (18min) de
    David Stampfli et Marc Matter
  • Cartophonie — Le Sacrifice de Franck (Sinatra) Symphonie en 6 mou­ve­ments d’un Ancien Monde de Cath Bouckenaere, Laure Gatelier et Julien Bibard
  • Avec le vent de Jeanne Debarsy (14min30)
  • Jetuvounou de Joachim Soudan (14min19)
  • Trait pour trait de Joachim Glaude (16min30)

Retrouvez tout le pro­gramme sur http://lasemaineduson.be

La parole chanceuse

La Parole chan­ceuse est, à l’origine, un court texte de Marguerite Duras issu de son recueil La Vie maté­rielle, dont ne sub­siste ici que le titre. L’auteur y décrit l’armement invi­sible que pro­cure une parole dite « chan­ceuse » face à un audi­toire. Et quand ça vous est arri­vé une fois parait-il, la parole chan­ceuse, ça vous arrive tout le temps ensuite.
L’emprunt de cette for­mu­la­tion « magique » sert de pré­texte au dérou­le­ment d’un récit : le quo­ti­dien d’un foyer de jeunes filles, leurs appren­tis­sage du monde. Les indices de temps, de lieux et d’actions sont lacu­naires. À ce récit est enchâs­sé le dis­cours de Mohamed Ali qui pré­cé­da son com­bat contre George Foreman en 1974.

La Parole chan­ceuse est une pièce radio­pho­nique et musi­cale qui inter­roge tout à la fois le pou­voir éman­ci­pa­teur du verbe mais aus­si son impuis­sance. Le pre­mier enjeu de cette pièce fut d’interroger les codes du récit oral où la dra­ma­tur­gie repose tout autant sur les mots qu’à tra­vers la voix du nar­ra­teur, sa pro­so­die. Ce double lexique, entre repré­sen­ta­tion du lan­gage et per­cep­tion sen­sible de la voix, est deve­nu ter­rain d’exploration for­mel et musi­cal. Cette infir­mi­té du verbe à figu­rer les angles morts du lan­gage est contour­née par la voix elle-même. Le tré­bu­che­ment des énon­cés, les grains de voix variés, les arrêts et frac­tures donnent cer­tains indices per­cep­tifs au récit, à sa nar­ra­tion. Marguerite Duras et Mohamed Ali sont convo­qués comme les figures tuté­laires de cette « parole chan­ceuse », cha­cun muni de leur arse­nal, conci­sion impla­cable du texte et force d’intimidation du dis­cours.

A lire un article dans Bela.

Avec le vent

Tout d’abord, il y a le souffle, celui qui ras­sure…
Ensuite arrive le son, celui qui raconte…
Virginia, Aram et Vardan soufflent leurs émo­tions et de ce souffle nous par­viennent leurs his­toires. L’histoire de l’exil, des sou­ve­nirs d’Arménie, un jour où le vent s’est levé et où il a fal­lu tout quit­ter.

Empreinte Appel 2017 de projet de créations radiophoniques

L’appel « Empreinte » vise le sou­tien aux formes émer­gentes et expé­ri­men­tales de créa­tion radio­pho­nique, au renou­vel­le­ment des formes et des genres.

Il s’adresse à tou.te.s les auteur.e.s et réalisateurs.trices rési­dant en Belgique. Un tiers du bud­get Empreinte est réser­vé cette année aux jeunes diplômé.e.s des écoles artis­tiques.

L’objectif est de sou­te­nir des dis­po­si­tifs de tour­nage ori­gi­naux ain­si que des recherches d’écriture radio nou­velles. L’appel sou­tient prin­ci­pa­le­ment des formes de radio art, pay­sage sonore, poé­sie sonore, por­trait, carte pos­tale sonore de 20 min maxi­mum.

Date limite de dépôt: dimanche 15 octobre 2017 ; à envoyer à l’adresse sui­vante: empreinte@acsr.be

Télécharger l’appel ici.