Archives de la catégorie : Production

Le souffle de l’arpenteur

Partir à la recherche du souffle juste… Juste pour un joueur de naï, juste pour un alpiniste, juste pour un urgentiste, juste pour une artiste. Les histoires et les vies se croisent. Et elles croisent la mort. Le voyage prend alors l’allure d’une quête, et lorsque les mots manquent, les sons prennent le relai… C’est alors que l’oreille crée le paysage. Le coeur est plus proche…
Et dans les espaces qui s’ouvrent à nous sentir que l’on respire et que, quoi que l’on fasse, la vie y est un élan.

Gnawas jour et nuit

Illustration : Margaux Nessi

Dans un territoire bruxellois fertile à la création, à la diffusion culturelle et dans le contexte actuel troublé, une partie de la communauté marocaine de Belgique perpétue une branche captivante de son héritage,la musique gnawa, une musique spirituelle, de transe, introduite dans le monde arabe par les esclaves noirs.
Aujourd’hui, ses membres résistent à leur manière en transmettant localement l’esthétique envoûtante d’une musique portée par les chants et les sonorités captivantes des instruments qui lui sont propres (le guembri, le tbel et les qrâqeb).

Une production de Julien Crespin et Chloé Despax, avec le soutien du FACR de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de l’acsr | 2017 | 50min

Le 16 avril à 17h: Dimanche Gnawa à NGHE : Écoute en avant première du documentaire dés 17h
suivi d’un mini concert Maâlem Dris, solo guembri et voix et d’un repas couscous maison.
NGHE, 6 rue des Mariniers
1080 Molenbeek Bruxelles
Prix Libre.

Le 17 avril à 12h15: Diffusion sur Radio Panik 105.4FM en présence des réalisateurs

Le 21 Mai 2017 à 17h: Écoute au Centre Culturel Jacques Franck  + concert acoustique de Maalem Hicham Bilali, solo guembri et voix

John Haute Fidélité

Une tragédie shakespearienne dans le monde de Google /
Facebook, racontée du point de vue d’une intelligence artificielle fantôme.
Le vieux P-DG de Poodle – une célèbre multinationale d’intelligence artificielle – est sur le point de mourir. Il communique ses dernières volontés à John Haute Fidélité, le produit-phare de son entreprise, un assistant personnel connecté dont la réputation est de connaître vos désirs mieux que vous–mêmes. Tout son royaume sera transmis à son fils naturel Junior, à l’exception de la chambre forte qui renferme le secret de l’algorithme de John. L’intelligence de John semble si humaine que Poodle père a décidé de l’adopter comme un second fils. Mais après la mort du père, d’étranges voix résonnent dans le palais. Un larsen de désirs inassouvis gronde dans les couloirs. Un crime se prépare. La tragédie de l’ère numérique peut commencer.

Gnawas, jour et nuit

Illustration: Margaux Nessi

Dans un territoire bruxellois fertile à la création, à la diffusion culturelle et dans le contexte actuel troublé, une partie de la communauté marocaine de Belgique perpétue une branche captivante de son héritage, la musique gnawa, une musique spirituelle, de transe, introduite dans le monde arabe par les esclaves noirs.
Aujourd’hui, ses membres résistent à leur manière en transmettant localement l’esthétique envoûtante d’une musique portée par les chants et les sonorités captivantes des instruments qui lui sont propres (le guembri, le tbel et les qrâqeb).

Augustine, la nostalgie des origines

Je pensais qu’il y avait un mur. Que la maison s’arrêtait là.
Et soudain s’ouvre une brèche, un passage…
Derrière d’autres pièces, des couloirs, des portes, des personnes.
Une autre vie où je découvre ma mère jeune, féminine comme je ne l’ai jamais vue. Entourée de frères jusque là inconnus, cachés, emmurés…
Ils sont tous mort depuis bien longtemps. Sauf Augustine…

Et si le passé ne ressurgissait jamais que sous la forme d’une joie tragique? Celle de retrouver dans le même instant, ce qui est
irrémédiablement perdu.
« Augustine, la nostalgie des origines » est le deuxième volet  d’un triptyque sur l’intime et le roman familial.

Qualia

Cinq femmes artistes provenant de différentes cultures mettent en paroles une expérience physique forte, marquante à vie. L’une d’entre elles ne dit pas la vérité. Du langage corporel et du langage parlé. De la richesse du bilinguisme. De la complexité des traductions. De l’usage du sens, du son et des sens.
Qualia questionne l’utilisation du son dans le storytelling, sa capacité à toucher le subconscient, sa puissance à provoquer des réactions physiques et des images mentales. Vous voyez ce que je veux dire?

No Woman No Crime

Radio Femmes Fatales fabrique des expériences scénophoniques. Elle campe sur scène et façonne une émission radio échappée du studio, une performance en public, sans filet, retransmise en direct sur des radios locales. Musique, bruit, voix, récit, dialogue, archives : Radio Femmes Fatales refuse la simple transposition des sens. Elle manipule, fait des choix, camoufle autant qu’elle montre. RFF, expérience sonore réinventée, s’écoute en direct ou se déguste de visu, en véritable objet de théâtre, minutieux et fou. Qui trompe l’auditeur, détrompe la spectatrice, ou l’inverse. Partition à la fois théâtrale et physique, visuelle et technique, RFF débusque, pointe et tire sur les stéréotypes féminins, explore les liens entre féminisme et Histoire, genre et société, nature et décolletés.

N.I.K. / 30′
Un plongeon dans les méandres d’une enquête sinueuse sur les traces de nos grand-mères clandestines, ces femmes cachées, oubliées, disparues, dont nous voulons être les petites-filles mutines. Dans la nuit et le brouillard….

CETTE VULVE VORACE / 26′
Comment tuer l’ange du foyer ? Nettoyer au bicarbonate les restes du phallocrate ? L’émission sur le sexe saignant où les vulves voraces laissent apparaître leurs torchons vermeilles.

UN P’TI COUP DE MASSUE / 32’43 »
Prends ta massue, dégaine ton pistolet, tue l’ourse pour moi, kidnappe-moi sur ton cheval, démarre ta Chevrolet, fais sentir ta sueur mélangée à l’odeur du tabac froid, couvre-moi de tes poils, j’ai froid. Sois viril et tais-toi. Une chevauchée des plaines nostalgiques et rétrogrades du masculinisme.

R.I.P. / 30′
La mort est optionnelle. L’heure du grand face à face final a sonné. Utérus artificiel versus réincarnation numérique ? Vous choisirez la gagnante. Une émission d’anticipation autour du transgenre et de la postféminité où les questions d’identité s’entrechoquent et s’accouplent avec la cybernétique.

No Woman No Crime est un projet de 4 volets dissociables.

El Gat

Photo de Aylen Torres

Photo de Aylen Torres

El Gat est aux aguets, il observe attentif et amusé la vie qui passe sur la Rambla del Raval. À travers l’écoute des paysages sonores du quartier et de la parole données aux habitants et passants, l’énigmatique Gat va révéler ses vies passées.

Du 12 au 24 septembre 2016, l’artiste sonore Chloé Despax réalise au cours d’une résidence à La Place cette pièce radiophonique sur El Gat, sculpture monumentale en bronze réalisée par Botero.
L’hörspiel qui en résulte est composé d’éléments sonores hétérogènes, collectés au travers d’une variété de dispositifs techniques et participatifs dans l’espace public. Soundscapes, poésies, matières sonores abstraites, multiplicité de voix et de langues s’y entremêlent pour donner corps et vie au félin gigantesque.

Une vie partagée

jk3

Augusta était apicultrice et avait un secret. Au printemps, lorsqu’un essaim sortait de la ruche, elle venait silencieusement s’assoir à proximité et déposait un panier devant elle. Après un temps plus ou moins long, l’essaim prenait son envol et les abeilles, par milliers, entraient dans son panier.
A présent disparue, personne ne sait comment elle procédait.

« Une vie partagée », chronique de cette période d’essaimage, nous fait entendre la voix d’hommes et de femmes qui, par la qualité de la relation qu’ils ont tissée avec leurs abeilles, nous amènent à nous interroger sur notre relation au monde animal et à l’environnement, sur la science et, finalement, sur notre humanité.

La Sardine et le Loup de mer

la sardine et loup de mer-1

Naguère, au verso des cartes de navigation, on trouvait le récit d’une aventure maritime exemplaire pour parfaire l’éducation des jeunes marins. En 2014, j’enfile un ciré jaune et embarque à bord du voilier d’un vieux loup de mer pour traverser la Manche. S’engage une conversation autour d’un savoir-faire, d’une pratique: il paraît que la meilleure façon d’apprendre la navigation, c’est de prendre la mer.