La parole chanceuse

La Parole chan­ceuse est, à l’origine, un court texte de Marguerite Duras issu de son recueil La Vie maté­rielle, dont ne sub­siste ici que le titre. L’auteur y décrit l’armement invi­sible que pro­cure une parole dite « chan­ceuse » face à un audi­toire. Et quand ça vous est arri­vé une fois parait-il, la parole chan­ceuse, ça vous arrive tout le temps ensuite.
L’emprunt de cette for­mu­la­tion « magique » sert de pré­texte au dérou­le­ment d’un récit : le quo­ti­dien d’un foyer de jeunes filles, leurs appren­tis­sage du monde. Les indices de temps, de lieux et d’actions sont lacu­naires. À ce récit est enchâs­sé le dis­cours de Mohamed Ali qui pré­cé­da son com­bat contre George Foreman en 1974.

La Parole chan­ceuse est une pièce radio­pho­nique et musi­cale qui inter­roge tout à la fois le pou­voir éman­ci­pa­teur du verbe mais aus­si son impuis­sance. Le pre­mier enjeu de cette pièce fut d’interroger les codes du récit oral où la dra­ma­tur­gie repose tout autant sur les mots qu’à tra­vers la voix du nar­ra­teur, sa pro­so­die. Ce double lexique, entre repré­sen­ta­tion du lan­gage et per­cep­tion sen­sible de la voix, est deve­nu ter­rain d’exploration for­mel et musi­cal. Cette infir­mi­té du verbe à figu­rer les angles morts du lan­gage est contour­née par la voix elle-même. Le tré­bu­che­ment des énon­cés, les grains de voix variés, les arrêts et frac­tures donnent cer­tains indices per­cep­tifs au récit, à sa nar­ra­tion. Marguerite Duras et Mohamed Ali sont convo­qués comme les figures tuté­laires de cette « parole chan­ceuse », cha­cun muni de leur arse­nal, conci­sion impla­cable du texte et force d’intimidation du dis­cours.

A lire un article dans Bela.

Réalisation (texte, interprétation, musique et montage) : Myriam Pruvot Dramaturgie : Céline Cartillier Mise en ondes : Christophe Rault Projet accueilli en résidence à La Bellone

Production : Empreinte (acsr) avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Licence : SACD

Diffusions/Séances d'écoute

15/10/2017 - écoute publique au Jacques Franck
19/02 et 12/03/2018 - Radio Campus
22/03/2018 - Radio Libellule
5/04/2018 - Extrait dans l'émission "The Blue of the Night" de Bernard Clarke sur RTÉ lyric FM (Irlande)
19/05/2018 - Campus FM Toulouse
1/06/2018 - dans le cadre du 13e festival Re:flux sur les ondes de CKUM (93.5)
17/09/2018 - RQC (x11)

Myriam Pruvot est vocaliste, artiste sonore et interprète. Le chant, l'oralité et les lieux sont ses principales matières d’exploration. Diplômée des Beaux Arts, où elle enseignera l’édition, elle s’est parallèlement formée à l’improvisation, aux techniques vocales et à la création radiophonique. Elle a collaboré, en tant qu’auteure et interprète à différents projets radiophoniques (pour Alessandro Bosetti, laviemanifeste, Anne-Laure Pigache), musicaux (Sylvain Chauveau, Stéphane Garin, le label Wild Silence), et chorégraphiques (avec la dramaturge Céline Cartillier, le collectif Groupenfonction, le ballet nationale chilien El Banch, le metteur en scène Matthias Varenne lors du Festival Actoral) en Europe, Amérique du Sud et Canada. Suite à un périple au Chili, elle publie en 2013 un disque mélangeant field recording et musique improvisée intitulé Niebla. Elle poursuivra l’existence de cet album en concert sous le nom de Monte Isola en Belgique, France et Portugal. En 2015 elle rejoint Prototype II, un programme de recherche en composition chorégraphique à l’Abbaye de Royaumont, en tant que compositrice. En 2017 obtient la bourse Empreinte auprès de l’ACSR ainsi qu’une résidence sur l’île de Comacina (Italie) dans le cadre de la fédération Wallonie Bruxelles International. En 2018 elle est invitée par les Halles de Schaerbeek à concevoir un travail musical sur la notion de « sacré » entre Bruxelles et Marrakech. Elle intervient régulièrement en tant qu’artiste et pédagogue sur des questions de dramaturgie vocale et développe depuis 2016 et lors d’ateliers (Motérialité, Voix Impossibles) ses propres outils de transmission.

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,