La première fois que je suis devenu fou(le)

« Je pénétrais dans un champs de conscience qui m’était jusqu’alors interdit ou caché et je n’y reconnaissais rien. J’ai eu l’impression vertigineuse d’accéder à un nouvel étage de mon être. Je ne savais pas si j’étais mort ou si je venais de naître. Tout y était inouï et incertain. Je ne pouvais plus interpréter ce que je ressentais. J’avais un nouvel univers à déchiffrer dont chaque signe était un miroir de ma perplexité.
Je me suis dit, ou plutôt cela s’est dit à travers moi :
Ma folie est le dernier rempart entre moi et une liberté totale.
Qui cédera le premier ? Le rempart ? Moi ? Ou la Liberté ? »

Avec : Michèle Nguyen, Yvan Tjolle, Pietro Pizzuti, Denyse Schwab, Emilie Praneuf, Jean Fürst et Jean-Pierre Bruno. Réalisation, prise de son et montage : Jeanne Debarsy et Maël G. Lagadec. Assistant prise de son : Axel Antoine pour la Rtbf. Musique originale : João Lobo. Mixage : Christophe Rault.

Production : Production : Babelfish asbl. Avec le soutien du Fond Gulliver, de l’acsr et du Fond d’Aide à la Création Radiophonique de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Diffusions/Séances d'écoute

8/05/2016 et 11/05/2016 - Radio Campus
18/06/2017 - Séance d'écoute au Jacques Franck
19/06/2017 - RTBF La Première

Jeanne Debarsy est sortie de l'IAD en 2007 où elle a suivi une formation d’ingénieure du son. Elle travaille dans les différents domaines du son et collabore avec de nombreux acteurs du monde du spectacle, du cinéma, de la radio, de la musique, de la création. Elle se passionne tout particulièrement pour le média radiophonique car celui-ci lui procure une liberté d’action et d’expression précieuse à ses yeux. Nourrissant une envie grandissante de mettre en ondes ses propres idées, elle réalise son premier documentaire radiophonique en 2011 "Ino Vaovao Mada?" où elle mêle sa passion du voyage et de la rencontre à celle de la musique et du son. Elle a ensuite réalisé d'autres documentaires sonores "Los Santos" et "Terre Noire", largement diffusés également. En 2017, elle signe sa première fiction radiophonique " La première fois que je suis devenu foule " marquant le début d'une période davantage expérimentale où le sonore prend le pas sur le discours. Elle continue de développer son propre langage sonore afin d'affiner sa recherche personnelle et pour se mettre au service d'artistes divers, vidéastes, réalisateurs, musiciens,... Maël G. Lagadec (1984, Paris) se passionne pour le son et l’image dès son plus jeune âge. Ses débuts en argentique lui permettent d’expérimenter les techniques traditionnelles de la photographie en noir et blanc. À 19 ans, il troque son appareil photo contre la caméra pour se spécialiser en ingénierie audiovisuelle à Bayonne. Il fait ensuite ses armes en tant que caméraman à Bangalore en Inde et co-écrit un livre avec Céline Darmayan sur le handicap dans les campagnes indiennes. Il tourne en 2005 son premier documentaire à Dakar dans le cadre d’un échange humanitaire. Il s’installe ensuite à Bruxelles et devient ingénieur vidéo de l’émission culturelle belge 50° Nord (arte Belgique / RTBF) ce qui lui permet de rencontrer de nombreux artistes. Il finit par quitter le milieu de la télévision pour se consacrer à ses passions, il approfondit ses connaissances en photographie avec Pierre Radisic à l’École des Arts d’Ixelles et entame un travail sur le corps. Il alterne les commandes privées en filmant des concerts ou en tirant les portraits de musiciens jazz tels que Archie Shepp, Michel Hatzi, Antonio Sanchez ou encore les musicien de pop/rock comme Jack White, Patrick Bruel ou Gael Faye et s’improvise VJ lors de concerts en live pour expérimenter les possibilités d’interactions entre le son et l’image. Durant quelques années, il parcourt l’Inde, le Népal, la Thaïlande, l’Ethiopie et les Etats-Unis doté de son appareil argentique. Ces voyages au sein de cultures traditionnelles seront pour lui source d’une grande d’inspiration. Entre les commandes et les travaux personnels, Maël continue à produire des oeuvres photographiques et filmiques avec une esthétique saisissante. En 2012 à l’est de la Turquie, durant le tournage du documentaire « Choeurs en Exils » de Nathalie Rossetti, il réalise une série d’images remarquable sur les églises dévastés lors du génocide arménien. La série « At the mercy of fate » sera l’objet de plusieurs belles expositions sur Bruxelles. En 2013, Il ouvre son studio à Ixelles tout en étant professeur de Photo/Vidéo pour Canon Belgium. Il s’intéresse de plus près à la mode et travaille pour des créateurs, des magazines et des agences de mannequins. Soucieux de prêter son oeil à des causes humanistes, il réalise en 2016 le court- métrage « GIRL FACT - a teenage guide to sex slavery- » adapté d’un livre de Eve Ensler en partenariat avec l’association Human Acts. Le film est actuellement sélectionné dans plusieurs festivals autour du monde.

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,
javaversion1