Rythmes (in)visibles

Comment écouter la relation entre espaces privés et publics de la Medina à Marrakech ?

Comment donner à entendre la complexe dynamique entre visibilité et invisibilité des corps genrés dans l’espace urbain ?

Synopsis

Guidées par les oreilles et les voix de Latifa, Mina, Zahra, Meriem Saou’d, Amina, Rachida, Nadira, Khadija et Fatima, ce docu­men­taire pro­pose une dérive audi­tive dans les ruelles de la Medina de Marrakech à par­tir d’une pers­pec­tive gen­rée et plu­rielle. En se concen­trant sur l’approche orale, l’intention a été de créer un chœur mul­tiple de voix basé sur la nar­ra­tion per­son­nelle de leurs per­cep­tions, valeurs et expé­riences quo­ti­diennes de la ville, en se concen­trant éga­le­ment sur le pay­sage sonore public et ses propres rythmes que ces femmes contri­buent à composer.

Ce pro­jet s’inscrit dans la recherche doc­to­rale en Arts et Sciences de l’Art menée par l’artiste entre l’ARBA et la ULB à Bruxelles: « Nouveaux genres d’écoute : voix, corps, silences et ter­ri­toires ». Il a été réa­li­sé lors d’une rési­dence artis­tique ‹LE 18› dans le cadre du pro­gramme Qanat et en par­te­na­riat avec la Fondation Dar Bellarj à Marrakech, dans le cadre des Ateliers Collectifs.

__________

Rencontre radio­pho­nique avec Anna Raimondo & Salomé Voegelin

En février 2021, Anna Raimondo, l’ACSR et nadine vous invi­taient à l’écoute de Rythmes (in)visibles, une dérive audi­tive dans les ruelles de la Médina de Marrakech à par­tir d’une pers­pec­tive gen­rée et plurielle.

Entre Marrakech, Bruxelles, Berlin, Paris et Mulhouze, cette écoute a été réa­li­sée en pré­sence de la réa­li­sa­trice, artiste et doc­to­rante Anna Raimondo et la cher­cheuse, ensei­gnante et artiste Salomé Voegelin en direct des locaux de l’ACSR.

Merci à ∏Node de nous avoir per­mis d’é­mettre sur leurs ondes, à Caroline Sordia, Bastien Hidalgo Ruiz et Emma Pajevic

Interviews, montage et réalisation : Anna Raimondo Prise de son avec Jeanne Debarsy Mixage et prise de son additionnelles : Bastien Hildalgo Ruiz Traduction du darija au français par Aida Bouissehak & Nourredine Ezarraf Médiation : Noureddine Ezarraf, Maha el Madi & Francesca Masoero   Merci aux protagonistes Latifa, Mina, Zahra, Meriem Saou’d, Amina, Rachida, Nadira, Khadija et Fatima A toute l'équipe pour le professionnalisme, leur complicité et leur engagement

Production : Une co-production Deutschlandfunk Kultu avec l’atelier de création sonore et radiophonique Bruxelles, Studio Euphonia - Radio Grenouille Marseille.

Licence : SCAM