Archives du mot-clé : Enfance

Le souffle de l’arpenteur

Partir à la recherche du souffle juste… Juste pour un joueur de naï, juste pour un alpiniste, juste pour un urgentiste, juste pour une artiste. Les histoires et les vies se croisent. Et elles croisent la mort. Le voyage prend alors l’allure d’une quête, et lorsque les mots manquent, les sons prennent le relai… C’est alors que l’oreille crée le paysage. Le coeur est plus proche…
Et dans les espaces qui s’ouvrent à nous sentir que l’on respire et que, quoi que l’on fasse, la vie y est un élan.

Qualia

Cinq femmes artistes provenant de différentes cultures mettent en paroles une expérience physique forte, marquante à vie. L’une d’entre elles ne dit pas la vérité. Du langage corporel et du langage parlé. De la richesse du bilinguisme. De la complexité des traductions. De l’usage du sens, du son et des sens.
Qualia questionne l’utilisation du son dans le storytelling, sa capacité à toucher le subconscient, sa puissance à provoquer des réactions physiques et des images mentales. Vous voyez ce que je veux dire?

J’ai tant de choses à dire

Fred-noemie

Noémie a trois mois. Elle est toute petite dans son corps de bébé. Elle gazouille, elle rit, elle pleure, elle découvre de son regard vierge le monde. Ses parents, Frédéric et Hélène, accèdent à sa vie intérieure via une technique, appelée communication connectée. Un code binaire corporel de oui et de non, et un panel de questions fermées, leur permettent d’atteindre ce qu’elle cherche à leur dire.
Noémie échange aussi avec sa marraine Charlotte, sur un autre mode de communication, dit intuitif, qui passe par le ressenti et les sensations.

Quelle conscience du monde nous donne-t-elle à entendre du haut de ses quelques mois ? Comment ses parents et sa marraine vivent le quotidien avec ces nouveaux modes de communication ? Quelle est cette part profonde de l’être humain qui rend possible un tel dialogue ?

Tendez l’oreille, et laissez ce bébé vous entrainer dans des dimensions sensibles, subtiles et surprenantes..

Aux douches

Aux douches carre

«Bruxelles, pis­cine des Marolles. À l’écart des plon­geoirs, des bas­sins et de l’odeur du chlore, au bout d’un long cou­loir, se trouve un espace méconnu, celui des bains-douches. Dans l’intimité d’une cabine métal­lique, les 20 minutes d’eau chaude sont pré­cieuses. Sous le tumulte de l’eau, le temps s’étire, le monde se dis­sout. La parole se libère. L’eau agit comme un révé­la­teur, fait remon­ter à la sur­face des sou­ve­nirs anciens. Il y a l’intérieur et le dehors. Avant et après. Les éclats de voix de Viviane, Alfred, Eric, Leo et Marc animent ce lieu, le font résonner.»

Merci Madame

Illustration de Dominique Goblet
Illustration de Dominique Goblet

« Madame, je vais vous confier un secret. Je voudrais bien qu’un jour vous arriviez à me punir pour une véritable raison, que vous considériez que je mérite sincèrement de l’être et non par ce que c’est moi qui vous le demande. Je vous implore la prochaine fois de me punir véritablement pour des raisons fondées et méritées, à vous de voir pourquoi en réfléchissant un peu, vous trouverez sûrement. »

A 39 ans, Michael, infirme moteur cérébral, attend toujours que la vie passe. C’est alors qu’il rencontre Madame et son martinet préféré. Grâce à cette relation singulière, il entreprend une cure sévère de remise en forme physique et psychique, intègre un réseau social et réalise quelques pas – pour la première fois de sa vie – sans aide et sans béquilles. « Merci Madame », première création radiophonique de Marie Lisel, nous invite à partager ce processus étonnant de naissance à soi.

Lien FB: www.facebook.com/MerciMadameLisel

L’heure bleue

01front

« Ça commence comme ça… »

Comment ça commence, au fond ? Et est-ce que ça finit ?

Viola Vertigo, Tiziana et Philippe peinent à dormir ou s’endormir. Ils se livrent pudiquement, tout en slalomant entre idées préconçues et hypothétiques solutions hasardeuses, traçant et retraçant leur vécu nocturne.

Que se passe-t-il quand le sommeil ne vient pas, alors que les ombres de l’insomnie se dessinent sur nos murs et que la nuit n’en finit plus de silence ?

L’Heure Bleue est un documentaire qui n’apporte aucune réponse ou explication à l’insomnie. Tout en suivant les dérives sensibles et délicates de la parole, il tente cependant d’entrer dans un univers intime, aussi riche que varié. Sans prétention et sans autre forme de transmission que celle du témoignage.

Lire l’interview de la réalisatrice par Bela: http://blog.bela.be/?p=2139

Le prix de l’exil

IMG_6646 recadre

Rabia vient du Maroc, de Oujda, une ville à l’économie laminée et où les regards ne se tournent plus que vers  « El Kharij », l’extérieur, comme disent certains pour désigner l’Europe. Rêvant de changer sa destinée et celle de sa famille, Rabia a décidé de rejoindre cette Belgique inconnue, fantasmée et riche en promesses de lendemains meilleurs. Elle ne connaît pas encore le prix de l’exil…

« Nous sommes tous appelés à partir de chez nous, nous entendons tous l’appel du large (…), le besoin de quitter la terre natale, parce que souvent elle n’est pas assez riche, assez aimante, assez généreuse pour nous garder auprès d’elle. »

Tahar Ben Jelloun

 

Derrière chez moi

De retour dans son pays d’origine, en Kanaky Nouvelle-Calédonie, l’auteure entreprend une quête mystérieuse. Où se cache donc le cagou de son enfance ? Un souffle étrange la conduira dans un voyage au coeur de cette île merveilleuse. Guidée par l’inquiétude de ses habitants, elle partira à la recherche d’un bois tabou, de l’autre côté de la montagne. Car c’est là-bas, sur cette terre rouge si convoitée, que se joue l’avenir de tout un peuple.

Co-production  athanor et l’acsr.