Archives du mot-clé : oreille et audition

Mosquito

Le com­bat d’une jeune femme contre l’u­ti­li­sa­tion du répul­sif sonore Mosquito est le fil conduc­teur de cette fable caus­tique. L’appareil en ques­tion émet des sons sur­ai­gus que seules les jeunes oreilles peuvent entendre. Présenté par son fabri­cant comme un remède au com­por­te­ment anti­so­cial, le Mosquito asso­cie toute une par­tie de la popu­la­tion – les jeunes — à une espèce nui­sible. Incapable de dis­tin­guer un com­por­te­ment anti­so­cial d’un autre, il apporte à un pro­blème de socié­té réel une réponse bru­tale et sim­pliste, qui déplace le pro­blème plus qu’elle ne le résout. Mais au-delà de cette dis­cri­mi­na­tion évi­dente à l’en­contre des jeunes, le Mosquito en amène une autre plus insi­dieuse, cette fois à l’en­contre des plus vieux, car il révèle à ceux qui ne l’en­tendent plus qu’ils ont pas­sé l’âge et que leur oreille est sur la pente du déclin. Pour cette rai­son et pour ména­ger les sus­cep­ti­bi­li­tés, ce docu­men­taire est for­te­ment décon­seillé aux per­sonnes de plus de 25 ans.

Traces

Maky, rap­peur et slam­meur bruxel­lois, pro­pose un ate­lier d’é­cri­ture aux déte­nus de la pri­son de Nivelles. Il entraîne une poi­gnée d’hommes à se sai­sir de l’o­ra­li­té, à tri­po­ter les mots et à s’a­guer­rir de « leurs peines ». Dans une langue urbaine et musi­cale aux accents métis­sés, Yannick, Natan et le P’tit Yan nous font par­ta­ger leur vécu, leurs res­sen­tis, leurs amer­tumes et leurs espoirs pour un futur qu’ils ima­ginent loin des murs ternes de la pri­son. L’atelier est là, mais tous ne par­viennent pas à s’en sai­sir. Entre dis­cordes, désir et décou­ra­ge­ment, il révèle un quo­ti­dien car­cé­ral empreint de nos­tal­gie, de haine et de cynisme.