Archives du mot-clé : Paysage urbain

Chinoiserie

chaochow hotel nov recadré

« Il est un pays superbe, un pays de Cocagne, dit-on, que je rêve de visi­ter avec une vieille amie. Pays sin­gu­lier, noyé dans les brumes de notre Nord, et qu’on pour­rait appe­ler l’Orient de l’Occident, le Chine de l’Europe, tant la chaude et capri­cieuse fan­tai­sie s’y est don­né car­rière…»

Baudelaire, L’invitation au voyage, 1864.

En savoir plus sur le pro­jet «de chine» :
dechine.makaz.net
residence.lettrevolee.com/spip.php?rubrique17

VOIX#AGES

A tra­vers la ville, dans la mai­son de repos, avec nos corps… a la décou­verte des sons qui nous entourent, l’éveil des émo­tions… le feu, l’a­mour, la gare, le bruit du rouge… le mys­tère et l’inconnu, les peurs, le noir de la guerre… les sou­ve­nirs qui s’écoulent et se ren­contrent là ou la Meuse et la Sambre partent ensemble…On connaît cette chan­son… le soleil, la lumière et le réver­bère… on s’éclaire, on marche, on chante, on voyage ensemble…

Passage Pacific

C’est un cou­loir ano­nyme et sombre d’une ving­taine de mètres dans le bas d’une cuvette, don­nant accès sur ce genre de grand car­re­four que les Belges dénomment abu­si­ve­ment une place. La place Saint-Josse est en tra­vaux pour deve­nir une vraie place.

L’idée ne vien­drait à per­sonne de se pro­me­ner pour le plai­sir dans ce pas­sage où l’on trouve; un ate­lier de répa­ra­tion élec­tro-ména­ger, une bou­tique de répa­ra­tion cou­ture, une super­ette, un bureau de poste, des locaux abri­tant des cours de langue, de ges­tion et d’in­for­ma­tique pour adultes, et une salle de jeux d’argent.

Le pas­sage Pacific est le rez-de-chaus­sée d’un immeuble à appar­te­ments, on l’emprunte par néces­si­té, fuga­ce­ment, ou si on habite un des appar­te­ments de l’im­meuble. Peu éclai­ré, inquié­tant et lugubre, c’est sans doute là tout son charme.

Caché et mécon­nu, ce lieu reflète une réa­li­té socio-éco­no­mique propre à Saint-Josse, et c’est aus­si une fron­tière. D’un côté, des quar­tiers influen­cés par la pré­sence des castes pri­vi­lé­giées des fonc­tion­naires euro­péens, de l’autre, des quar­tiers comme réser­vés à la mul­ti­tude des ghet­tos com­mu­nau­taires et où les maître-mots sont la débrouille, la récup’ et le bri­co­lage.

La forme radio­pho­nique adop­tée pour cette cap­sule est celle de la sono­gra­phie, la repré­sen­ta­tion par le son et sans com­men­taires et qui emprunte des accents au höer­spiel, le jeu pour les oreilles, le jeu d’é­coute. Une pro­me­nade dans un espace géo­gra­phique res­treint, une topo­lo­gie.

Mosquito

Le com­bat d’une jeune femme contre l’u­ti­li­sa­tion du répul­sif sonore Mosquito est le fil conduc­teur de cette fable caus­tique. L’appareil en ques­tion émet des sons sur­ai­gus que seules les jeunes oreilles peuvent entendre. Présenté par son fabri­cant comme un remède au com­por­te­ment anti­so­cial, le Mosquito asso­cie toute une par­tie de la popu­la­tion – les jeunes — à une espèce nui­sible. Incapable de dis­tin­guer un com­por­te­ment anti­so­cial d’un autre, il apporte à un pro­blème de socié­té réel une réponse bru­tale et sim­pliste, qui déplace le pro­blème plus qu’elle ne le résout. Mais au-delà de cette dis­cri­mi­na­tion évi­dente à l’en­contre des jeunes, le Mosquito en amène une autre plus insi­dieuse, cette fois à l’en­contre des plus vieux, car il révèle à ceux qui ne l’en­tendent plus qu’ils ont pas­sé l’âge et que leur oreille est sur la pente du déclin. Pour cette rai­son et pour ména­ger les sus­cep­ti­bi­li­tés, ce docu­men­taire est for­te­ment décon­seillé aux per­sonnes de plus de 25 ans.