Archives de la catégorie : Catégories

Écoute collective ᴀᴄsʀ • Rythmes (in)visbles

En direct de ∏Node le mer­cre­di 27.01 de 18:30 à 20:00

Anna Raimondo et l’ACSR en par­te­na­riat avec nadine vzw vous invitent à l’écoute de Rythmes (In)visibles, une dérive audi­tive dans les ruelles de la Médina de Marrakech à par­tir d’une pers­pec­tive gen­rée et plu­rielle.

Cette écoute se fera en pré­sence de la réa­li­sa­trice et sui­vie d’une dis­cus­sion avec la cher­cheuse Salomé Voegelin.

L’écoute sera ani­mée par Emma Pajevic avec Bastien Hidalgo Ruiz à la tech­nique.

Un temps de Questions/Réponses sui­vra cette dis­cus­sion : ren­dez-vous sur le chat de ∏Node !

Comment écou­ter la rela­tion entre espaces pri­vés et publics de la Medina à Marrakech ?

Guidées par les oreilles et les voix de Latifa, Mina, Zahra, Meriem Saou’d, Amina, Rachida, Nadira, Khadija et Fatima, ce docu­men­taire sonore pro­pose une dérive audi­tive dans les ruelles de la Medina de Marrakech a par­tir d’une pers­pec­tive gen­rée et plu­rielle.

En se concen­trant sur l’approche orale et audi­tive, l’intention est de créer un chœur mul­tiple de voix basé sur la nar­ra­tion per­son­nelle de leurs per­cep­tions, valeurs et expé­riences quo­ti­diennes de la ville, en se concen­trant éga­le­ment sur le pay­sage sonore public et ses propres rythmes, que ces femmes contri­buent à com­po­ser.

Ce pro­jet s’inscrit dans la recherche doc­to­rale en Arts et Sciences de l’Art menée par l’artiste entre l’ARBA et l’ULB à Bruxelles : « Nouveaux genres d’écoute: voix, corps, silences et ter­ri­toires ».

____________________________________________________

Une pro­duc­tion de Deutschlandfunk Kultur en co-pro­duc­tion avec l’ACSR, Studio Euphonia- Radio Grenouille à Marseille
Avec le sou­tien de Manifesta 13 Marseille et de Wallonie Bruxelles International
Réalisé lors de la rési­dence artis­tique LE 18 dans le cadre du pro­gramme Qanat en par­te­na­riat avec la Fondation Dar Bellarj à Marrakech (les Ateliers Collectifs)

Équipe de réa­li­sa­tion
Interviews, mon­tage et réa­li­sa­tion : Anna Raimondo
Prise de son avec Jeanne Debarsy
Mixage et prise de son addi­tion­nelles : Bastien Hildalgo Ruiz
Traduction du dari­ja au fran­çais par Aida Bouissehak & Nourredine Ezarraf
Médiation : Noureddine Ezarraf, Maha el Madi & Francesca Masoero

Merci aux pro­ta­go­nistes Latifa, Mina, Zahra, Meriem Saou’d, Amina, Rachida, Nadira, Khadija et Fatima
A toute l’é­quipe pour le pro­fes­sion­na­lisme, leur com­pli­ci­té et leur enga­ge­ment


Anna Raimondo uti­lise la voix et l’écoute comme des pla­te­formes de ren­contre, de col­la­bo­ra­tion et d’échange, des outils de dif­frac­tion des identités. En ques­tion­nant les limites entre le public et le privé ain­si qu’entre les genres et les conno­ta­tions qu’y sont associées, elle réactive ou déconstruit des ima­gi­naires et des pra­tiques cultu­relles (de la figure de la sirène aux chan­sons pop jusqu’aux encou­ra­ge­ments et aux dic­tons) pour rejouer et flui­di­fier les notions d’identité et de sub­jec­ti­vité.

Diplômée du Master en Arts sonores (University of the Arts of London), Anna Raimondo pour­suit actuel­le­ment ses recherches doc­to­rales sur l’écoute et sa rela­tion avec la dis­ci­pline de la géographie urbaine à par­tir d’une pers­pec­tive féministe inter­sec­tion­nelle. Cette thèse est réalisée en codi­rec­tion entre l’Université libre de Bruxelles (Daniel Vander Gucht) et l’Académie royale des beaux-arts de Bruxelles (Daniel Blanga Gubbai).

Anna Raimondo a par­ti­cipé à plu­sieurs expo­si­tions et fes­ti­vals inter­na­tio­naux, dont entre autres : l’exposition per­son­nelle « Nada que decla­rar » au Centro Cultural Matienzo de Buenos Aires (com­mis­saire : Tam Ciai Painé) en 2019 ; « Seremos serais de la mane­ra más alegre » au CAso- Casa del Bicentenario de Buenos Aires (com­mis­saire : Florencia Curci) en 2018 ; l’exposition col­lec­tive « Invisible » dans le cadre de la Biennale de Dakar (com­mis­saire : Alya Sebti) en 2018 ; l’exposition col­lec­tive « Africa is not an island » au MACAAL de Marrakech en 2018 ; « Nuove fron­tiere del benes­sere dell’ecosistema vagi­nale » à la gale­rie Ex Elettrofonica de Rome (com­mis­saire : Lucrezia Cippitelli) en 2017 ; « Nous serions sérieuses de la manière la plus heu­reuse » au Cube – inde­pendent art room à Rabat en 2017 ; « Mi por­ti al mare? » au MAAC de Bruxelles (com­mis­saires : Nancy Casielles et Nancy Suárez) en 2016. Ses tra­vaux radio­pho­niques ont été diffusés dans différents pays et en plu­sieurs langues : Kunst Radio, Deutschlandradio Kultur, RAI, RTBF…

En qua­lité de com­mis­saire, elle a tra­vaillé à des pro­jets d’art sonore et radio­pho­nique dans différents espaces et événements, comme la docu­men­ta 14 – Radio Program à la SAVVY Galery de Berlin ou le Friday Late au V&A Museum à Londres. Elle a été primée à plu­sieurs reprises : prix Médiatine de la Ville de Bruxelles en 2018; Palma Ars Acustica pour la création radio­pho­nique « Me, my English and all the lan­guages of my life » en 2016 ; prix d’art sonore PIARS pour le pay­sage sonore « La vie en Bleu » en 2014.

Bye Bye 2020! Et joyeux 2021 !

Toute l’é­quipe de l’ACSR vous sou­haite une belle année 2021 pleine de cou­leurs, d’a­mour, de san­té, de soli­da­ri­tés et déco­vid­plexée !

Malgré les condi­tions par­ti­cu­lières de 2020, la créa­tion radio­pho­nique ne s’est pas avouée vain­cue. De nom­breuses pièces ont vu le jour, ont gagné des prix, et vous avez été nombreux·ses à les écou­ter. Retour sur celles que nous avons accom­pa­gnées au cours de cette année !

Les der­nières créa­tions sonores de 2020

Pour fêter cette nou­velle année qui com­mence, nous vous invi­tons à écou­ter les der­nières pro­duc­tions accom­pa­gnées par l’ACSR en 2020 :

Après la pluie, un docu­men­taire de Jeanne Debarsy sur les che­mins de l’Ethiopie dans une com­mu­nau­té nom­mée Awra Amba.

Clinique de la mémoire morte, une fic­tion en série de Sebastian Dicenaire. 4 épi­sodes qui nous dévoilent com­ment ne plus jamais perdre un seul sou­ve­nir grâce à une tech­no­lo­gie révo­lu­tion­naire.

Les trans­mis­sions, La guerre en héri­tage, une série docu­men­taire qui nous trans­porte dans le récit des des­cen­dants de celles et ceux qui ont com­bat­tu avec ou contre les occu­pants alle­mands durant la Seconde Guerre en Belgique.

Zoé de 1 à 7, le por­trait d’une sirène pas comme les autres ! Une créa­tion sonore dif­fu­sée dans le cadre de l’émission STORIES ON AIR, pro­duite par l’association ART2WORK en par­te­na­riat avec l’ACSR et Radio Panik

Et sans oublier Bon, Jean Michel !, Coeur d’au­ber­gine, Des patates et des luttes, Frères, Les ter­rains vagues du sonore, Est, Ouest, L’été 86, Un moine dans la vile : des docu­men­taires de qua­li­té pour s’im­mer­ger dans d’autres réa­li­tés, tous aus­si pro­duits en 2020 et en écoute sur toutes les plate-formes de pod­cast !

De nou­velles créa­tions sonores seront en ligne très bien­tôt. Restez à l’af­fût !

L’ACSR se renou­velle en 2021

Fini les bugs sur le site pour écou­ter les créa­tions sonores, fini aus­si de cher­cher une info pen­dant des heures !

L’ACSR sort bien­tôt son nou­veau site avec une nou­velle iden­ti­té visuelle. Et voi­ci un aper­çu, juste au des­sus, de ce qui arrive ! Dans le cou­rant de cette année, nous lan­çons aus­si une plate-forme audio : ‹Radiola›. Vous y retrou­ve­rai tout le cata­logue de l’ACSR, des chaînes de pod­cast thé­ma­tiques, et même des articles !

Le pro­chain stage : Podcast Café #2

En amont du Brussels Podcast Festival 2021, l’ACSR pro­pose un ate­lier d’accompagnement à la réa­li­sa­tion de pod­cast. Le Podcast Café #2 sera ani­mé Fabienne Laumonier et Christophe Rault le week-end du 6 et 7 février & le 23 et 25 février à l’ACSR.

Plus d’in­for­ma­tions sur ce stage et ins­crip­tions ici

Les pro­chains stages de Montage & Mixage, d’é­cri­ture et La Coquille auront lieu vers le mois de mars. Les infos sui­vront sur notre site !

Séances d’é­coute à venir

Difficile de se pro­non­cer déjà sur les pro­chaines dates des écoutes col­lec­tives et publiques.

Si tout va bien, nous vous don­nons ren­dez-vous :

Le mer­cre­di 20 jan­vier au Centre Culturel Jacques Franck pour l’é­coute du docu­men­taire ‹Des patates et des luttes›, réa­li­sé par Pierrette Pasteels, Corinne Ricuort et Hélène Hocquet. Un voyage poé­tique et poli­tique autour des patates en Belgique !

Le mer­cre­di 27 jan­vier pour la Semaine du Son, aus­si au CCJF. Au pro­gramme pour cette édi­tion : l’é­coute de Rythmes (In)visibles d’Anna Raimondo, une dérive audi­tive dans les ruelles de la Medina de Marrakech a par­tir d’une pers­pec­tive gen­rée et plu­rielle. Cette écoute se fera en pré­sence de la réa­li­sa­trice et sui­vie d’une dis­cus­sion avec la cher­cheuse Salomé Voegelin. Infos à suivre !

Prix & Concours

Les Prix BPF du Brussels Podcast Festival, une nou­veau­té cette année ! À tra­vers 3 prix dis­tincts (fic­tion, docu­men­taire et prix du public), elles et ils récom­pen­se­ront les meilleures pro­duc­tions réa­li­sées en Belgique fran­co­phone au cours de l’année 2020.
> Envoyez votre pro­duc­tion avant le 08 jan­vier 2021 minuit et retrou­vez le règle­ment ici

OPEN CALL YASS! is 5 months 1:1 men­tor­ship pro­gram for emer­ging or expe­rien­ced authors and audio artists of any age.
YASS! is €1200 co-pro­duc­tion grant, digi­tal mas­ter­classes
> DEADLINE: January 17th 2021 @ 11PM (CET) / More info here

Åke Blomström Award 2021 CALLING YOUNG RADIO PRODUCERS
The Åke Bomström Award offers to young and pro­mi­sing radio fea­ture makers the chance to attend a spe­cial docu­men­ta­ry trai­ning pro­gram, to join the International Feature Conference 2021 and to par­ti­ci­pate in the Prix Europa 2021.
> DEADLINE: 23th of January 2021 / More info here

Clinique de la mémoire morte

Pertes de mémoire ? Grâce à notre technologie révolutionnaire, vous ne perdrez plus jamais un seul souvenir. Souscrivez à un abonnement Mnémosan©, et vivez la mémoire tranquille.

Finis les trous de mémoire, les sou­ve­nirs approxi­ma­tifs, les leçons apprises en classe et tout aus­si vite oubliées ! Désormais, tout le monde se sou­vient de tout, grâce à la tech­no­lo­gie mise au point par l’entreprise Mnémosan. Hippolyte Polycarpe est un des employés qui tra­vaille à la « Clinique de la Mémoire Morte » : chaque jour il réim­plante les sou­ve­nirs de ses patients pré­sen­tant des pro­blèmes de mémoire. Assidu et pas­sion­né, il va pour­tant fran­chir la ligne rouge lorsqu’un cas déses­pé­ré se pré­sente à la Clinique.

Librement adap­té de “La jeune vam­pire” de J.-H. Rosny ainé.

Bande-annonce :

Épisode 1 — Jardin de sou­ve­nirs

Hippolyte Polycarpe tra­vaille à la Clinique de la Mémoire Morte. À l’aide d’une tech­no­lo­gie de la mémoire, il réim­plante à ses patients les sou­ve­nirs qu’ils ont per­dus. Comme il le dit lui-même, consul­ter les sou­ve­nirs des autres peut se révé­ler addic­tif.

Épisode 2 — Cas déses­pé­ré

Une patiente arrive à la Clinique de la Mémoire Morte dans un état grave. Pour ten­ter de lui redon­ner des sou­ve­nirs, Hippolyte Polycarpe va s’affranchir des règles de la Clinique…

Épisode 3 — Faim de sou­ve­nirs

Hippolyte est contraint de quit­ter la Clinique de la Mémoire Morte. Il emmène avec lui Barbara. Les sou­ve­nirs qu’il lui a implan­tés semblent dis­pa­raître, et Barbara en demande encore plus.

Épisode 4 — Arc-en-ciel

Hippolyte est confron­té à ses actes.

Le FACR est en danger !

L’aide aux projets de création radiophonique coupée de deux tiers

Seuls un tiers des projets sélectionnés pour le FACR sont retenus suite à l’appel à projets de juin 2020

Nous venons d’apprendre que le gou­ver­ne­ment ne sui­vra pas l’avis de la com­mis­sion consul­ta­tive du Fonds d’Aide à la Création radio­pho­nique (FACR).

Il en résulte que deux tiers des pro­jets sélec­tion­nés ne seront pas sou­te­nus.

Comment se fait-il que l’on réduise aus­si for­te­ment les enve­loppes dédiées à la créa­tion et à l’emploi artis­tique en ce temps de crise sani­taire qui impactent dure­ment les artistes ? 

Une coupe budgétaire qui couvre un dysfonctionnement structurel

Relisez l’ar­ticle et la carte blanche de l’ASAR (ASsociation des Auteurs⋅rices, réalisateurs⋅rices et producteurs⋅rices Radio) qui annon­çait déjà les pro­blèmes à venir ici

Pour aller plus loin, revi­sion­nez l’é­mis­sion Mont des Arts sur BX1 avec les autrices Caroline Berliner et Paola Stévenne, le créa­teur sonore Sébastien Schmitz du Collectif Wow! et Carmelo Iannuzzo de l’ACSR.

Mont des Arts – La créa­tion radio­pho­nique en dan­ger ?

Les moyens d’actions

Envoyer une lettre aux membres du gouvernement

Afin d’exercer une pres­sion sur le gou­ver­ne­ment de la Fédération Wallonie-Bruxelles, nous vous invi­tons à reprendre, telle quelle et en votre nom, cette lettre et à l’envoyer sépa­ré­ment aux des­ti­na­taires sui­vants :
Pierre Yves Jéolet, Ministre-Président de la Fédération Wallonie Bruxelles, info.jeholet@gov.cfwb.be
Fréderic Daerden, Vice-Président de la Fédération Wallonie Bruxelles, frederic.daerden@gov.cfwb.be
Bénédicte Linard, Ministre de la Culture, des Média et des Droits des femmes linard@gov.cfwb.be

Relayer l’information dans vos réseaux

  • Sur Twitter avec le texte «L’aide aux pro­jets de créa­tion radio cou­pée de deux tiers ! L’association des auteur·rices, réalisateur·rices radio (ASAR) crie au scan­dale en pleine crise sani­taire. Je demande que les bud­gets de la créa­tion radio­pho­nique soient aug­men­tés.» en taguant
  • Sur Instagram & Facebook en repre­nant la pho­to, accom­pa­gnée d’un texte et d’un lien vers cette page

Partager par mes­sage à votre car­net de contacts.
Proposer à vos ami·es de vous abon­ner au groupe face­book de l’ASAR.
Liker le plus pos­sible cette infor­ma­tion sur le pro­fil de vos amis.

Les autrices et les auteurs radio ont plus que jamais besoin de votre sou­tien.

Merci à vous toutes et vous tous !

Reportée — Écoute collective ᴀᴄsʀ • Des patates et des luttes • Mois du Doc

Suite aux der­nières mesures, l’é­coute col­lec­tive du docu­men­taire ‹Des patates et des luttes› est repor­tée au mer­cre­di 20 jan­vier 2021, même heure et même endroit.

🥔 On espère vous y voir, pour un voyage poé­tique et poli­tique autour des patates en Belgique !

Cette écoute était pré­vue dans le cadre du Mois du Doc en pré­sence des réa­li­sa­trices Pierrette Pasteels, Corinne Ricuort et Hélène Hocquet sui­vie d’une dis­cus­sion

🍸 Avec une cap­sule sonore apé­ri­tive pro­po­sée par BNA-BBOT

𝙎𝙮𝙣𝙤𝙥𝙨𝙞𝙨 :
« Du poli­tique au poé­tique »
Partons en Belgique pour une balade poé­tique et fes­tive au cœur de luttes contem­po­raines, à tra­vers le prisme de la patate. Qu’elle soit plan­tée, ven­due ou par­fois même arra­chée, voi­ci l’emblématique tuber­cule his­sé au rang d’objet poli­tique. Sur son che­min, s’entrecroisent amoureux·ses de la pomme de terre, penseur·euses, acti­vistes, paysan·nes et autant de com­bats revi­si­tés empreints de déso­béis­sance civile.

Un docu­men­taire pro­duit par Alternative Culture avec le sou­tien du FACR et de l’ACSR

𝙄𝙣𝙛𝙤𝙨 𝙥𝙧𝙖𝙩𝙞𝙦𝙪𝙚𝙨 :
• Gratuit
🕰️ Ouverture des portes à 18h30
📌 Centre Culturel Jacques Franck — Chaussée de Waterloo 94, 1060 Saint-Gilles
Réservations sur https://bit.ly/3jZ2Nar

Reportée — Séance d’écoute • Les terrains vagues du sonore

Écoute collective chez nos voisin·es suivie d’une discussion avec le réalisateur Hervé Brindel

𝙎𝙮𝙣𝙤𝙥𝙨𝙞𝙨 :

« D’un point de vue sonore, le silence n’est pas une absence de son. Et com­ment pour­rait-il en être autre­ment puisque «Toujours l’existence pal­pite et fait entendre une rumeur qui ras­sure sur la per­sis­tance des repères essen­tiels.»

Alors, je me suis mis en quête dans les ter­rains vagues du sonore, afin d’ausculter le silence et de ques­tion­ner notre rela­tion au bruis­se­ment du monde. »

Un docu­men­taire réa­li­sé avec l’aide des stu­dios PomZed et le sou­tien du Fond d’aide à la Création Radiophonique de la Fédération Wallonie Bruxelles

𝙄𝙣𝙛𝙤𝙨 𝙥𝙧𝙖𝙩𝙞𝙦𝙪𝙚𝙨 : à suivre

Restez connecté·es pour la pro­chaine date !

__________________________

◆ Hervé Brindel est connu pour avoir réa­li­sé La Beune en 2016, Regards croi­sés en 2004, Made Wianta en 1991. Il a aus­si réa­li­sé vingt-huit docu­men­taires mon­tés entre 2000 et 2014, notam­ment au GSARA asbl. Il a d’ailleurs été res­pon­sable de la régio­nale de Bruxelles du GSARA asbl entre 2010 et 2014 et s’oc­cu­pait d’or­ga­ni­ser des ate­liers col­lec­tifs en radio, vidéo et de créer des outils péda­go­giques.

Hervé est aus­si pas­sion­né de radio. Il a ani­mé et réa­li­sé l’émission radio « Objecteurs de Croissance » à Radio Panik entre 2005 et 2011. Entre 2013 et 2018 il a mon­té 5 docu­men­taires sonores : Moi raciste de Liévin Chemin, Le spleen de Lucy de Sarah Fautré et Mira Goldwicht, Le nez dans le gui­don de Liévin Chemin, Les experts du bitume de Vanessa Crasset, Pratiques de femmes, de l’intime au poli­tique de Gaëtane Meurice.

Séance d’écoute • Est-Ouest — Eté 86

Écoute publique en présence du réalisateur
Séance animée par Marianne Sluszny

𝙎𝙮𝙣𝙤𝙥𝙨𝙞𝙨 :
Août 1986, une ren­contre amou­reuse, hasar­deuse, dans une rue noc­turne, à Budapest. A ses risques et périls, Richard emmène jusqu’à Bruxelles, Ferenc, un jeune rou­main. 3 ans plus tard, le mur de Berlin s’écroule, le com­mu­nisme est vrai­ment mort. Et pour ceux de l’Est, Coca-Cola est deve­nu le sym­bole de la liber­té.
Quand ils se retrouvent aujourd’hui, tout a chan­gé. Une saga pas­sion­née en 15 épi­sodes, le mythe d’un amour clan­des­tin, dans la tra­ver­sée illé­gale de 1986, qui va se fra­cas­ser la tête contre le mur du pro­jet des exis­tences.

◆ Richard Kalisz est né en 1945 à Lausanne de parents juifs polo­nais venus de Varsovie et ayant échap­pé à l’extermination grâce à leur fuite en Suisse. Artiste et per­son­na­li­té contro­ver­sée, il n’a jamais vou­lu céder aux normes des ins­ti­tu­tions et des pro­duc­tions. Exclu de l’INSAS en 1967 pour contes­ta­tion radi­cale, il y est deve­nu pro­fes­seur en 1980.

◆ Marianne Slusny est pro­duc­trice d’é­mis­sions et de docu­men­taires cultu­rels à la RTBF et pro­fes­seur de phi­lo­so­phie à l’Institut National Supérieur des Arts Visuels de la Cambre. Elle vient d’é­crire et d’é­di­ter «Le Banc», un chant d’a­mour pour main­te­nir en vie, son mari, Guy Lejeune.

𝙄𝙣𝙛𝙤𝙨 𝙥𝙧𝙖𝙩𝙞𝙦𝙪𝙚𝙨 :
• Gratuit - Réservation obligatoire
🗓️ Lundi 12 octobre - 19h
📌 Centre Culturel Jacques Franck
Chaussée de Waterloo 94 - 1060 Saint-Gilles, Belgique

Séance d’écoute • Rythmes (in)visibles

► Un projet d’Anna Raimondo

Vendredi 2 Octobre de 18h à 19h30
à l'IMéRA (sur réservation uniquement)
2 Place Leverrier, 13004 Marseille

Radio Grenouille et Manifesta Biennial 13 Marseille invitent Anna Raimondo à pré­sen­ter son nou­veau docu­men­taire sonore. Vous pou­vez y assis­ter en chair et en os et nous retrou­ver à 18h00 à l’IMéRA à Marseille, ou bien sui­vant le lien pour une écoute en direct strea­ming sur Radio Grenouille.

Pour celles et ceux qui se trouvent à Marrakech, vous pou­vez aus­si nous rejoindre à Dar Bellarj, sous réser­va­tion par email (le18marrakech@gmail.com) à 17h00 GMT+1 avec les pro­ta­go­nistes du docu­men­taire radio­pho­nique.

Réservez ici
+ à Dar Bellarj à Marrakech (sur réser­va­tion uni­que­ment / place limi­tées — mer­ci d’é­crire au le18marrakech@gmail.com


Guidées par les oreilles et les voix de Latifa, Mina, Zahra, Meriem Saou’d, Amina, Rachida, Nadira, Khadija et Fatima, «Rythmes (in)visibles» pro­pose une dérive audi­tive dans les ruelles de la Medina de Marrakech à par­tir d’une pers­pec­tive gen­rée et plu­rielle. En se concen­trant sur une approche audio-orale, l’intention est de créer un chœur mul­tiple de voix basé sur la nar­ra­tion per­son­nelle de leurs per­cep­tions, valeurs et expé­riences quo­ti­diennes de la ville, en se concen­trant éga­le­ment sur le pay­sage sonore public et ses propres rythmes, que ces femmes contri­buent à com­po­ser.

Nous avons donc déci­dé d’écouter plu­tôt que d’ob­ser­ver la com­plexe rela­tion entre visi­bi­li­té et invi­si­bi­li­té des corps des per­sonnes iden­ti­fiant en tant que femmes dans l’espace public à Marrakech, nous foca­li­sant plu­tôt sur com­ment écou­ter les liens entre espaces pri­vés et publiques et ce que ils peuvent rele­ver.

› Interviews, mon­tage et réa­li­sa­tion : Anna Raimondo
Prise de son avec Jeanne Debarsy
Mixage et prise de son addi­tion­nelles : Bastien Hildalgo Ruiz
Traduction du dari­ja au frances par : Aida Bouissehak et Nourredine Ezarraf
Médiation : Noureddine Ezarraf, Maha el Madi & Francesca Masoero

› Produit par Deutschlandfunk Kultur en co-pro­duc­tion avec ate­lier de créa­tion sonore radio­pho­nique à Bruxelles, Studio Euphonia- Radio Grenouille à Marseille.

› Présenté dans le cadre de Manifesta 13 Marseille et réa­li­sé grâce à la rési­dence artis­tique LE 18 dans le cadre du pro­gramme Qanat et et en par­te­na­riat avec la Fondation Dar Bellarj à Marrakech, dans le cadre des Ateliers Collectifs.

› Anna Raimondo uti­lise la voix et l’écoute comme des pla­te­formes de ren­contre, de col­la­bo­ra­tion et d’échange, des outils de dif­frac­tion des iden­ti­tés, des moyens de com­mu­ni­ca­tion, des conduits rela­tion­nels. En ques­tion­nant les limites entre le public et le pri­vé ain­si qu’entre les genres et les conno­ta­tions qu’y sont asso­ciées, elle réac­tive ou décons­truit des ima­gi­naires et des pra­tiques cultu­relles (de la figure de la sirène aux chan­sons pop jusqu’aux encou­ra­ge­ments et aux dic­tons) pour rejouer et flui­di­fier les notions d’identité et de sub­jec­ti­vi­té. Finalement, il s’agit d’écouter et d’interroger – d’une façon tou­jours acces­sible et sou­vent iro­nique – la place des femmes, cis et trans, dans la sphère publique et, plus géné­ra­le­ment, notre rela­tion à l’Autre et à l’altérité.

► Programme sonore avec Manifesta Biennial
Du 3 sep­tembre au 29 octobre 2020
Le Programme sonore sou­haite valo­ri­ser les champs de la créa­tion et de la média­tion sonore. Pour cela, Manifesta 13 donne carte blanche à Radio Grenouille – Euphonia pour pen­ser un pro­gramme d’accompagnement et de dif­fu­sion d’artistes sou­hai­tant s’initier ou tra­vaillant déjà les arts sonores. Seront ain­si mises en œuvre deux rési­dences de créa­tion sonore, six séances d’écoutes en entrée libre dans Marseille et une Galerie Sonore à la pré­sence régu­lière sur nos ondes.

Séance d’écoute • La Mue — Le sanglier et le papillon

Écoute collective dans le cadre du programme Á la folie / Waanzin du Cinéma Nova introduite et suivie d’une discussion avec la réalisatrice Jen Debauche

𝙀𝙙𝙞𝙩𝙤 :

Réduction des liber­tés pour se pro­té­ger soi et les autres, enfer­me­ment, perte de contacts sociaux, sur­veillance, peurs, contrôle des corps, gestes et consignes obses­sion­nels, mono­po­li­sa­tion des débats et des prises de déci­sion par la science et la méde­cine… Ça vous rap­pelle quelque chose ? L’actualité brû­lante, inquié­tante, enva­his­sante bien sûr, mais pas seule­ment. Fous, schi­zo­phrènes, bor­der­line, inadap­tés connaissent bien la chan­son. Aujourd’hui, les noces du sécu­ri­taire et du sani­taire sont à l’honneur, celles-là même qui consti­tuent l’origine de la psy­chia­trie et dont les effets ne font que ren­for­cer l’aliénation.

𝙎𝙮𝙣𝙤𝙥𝙨𝙞𝙨 :

« Je tra­vaillais pour la Commission euro­péenne, je pilo­tais un sémi­naire au Portugal, je dor­mais 3 heures par jour. Un matin, au lieu d’aller à mon bureau, j’ai ache­té une hâche et l’ai appor­tée devant la direc­trice du dépar­te­ment qui m’avait embau­ché…» Bruno raconte cal­me­ment cet épi­sode de sa vie, il en est sor­ti. Personne n’est à l’abri d’une tra­ver­sée du miroir en ter­ri­toire de folie. Les témoi­gnages poi­gnants et fas­ci­nants de cette créa­tion sonore nous plongent dans une matière fic­tion­nelle intense. La mala­die n’est pas que souf­france, elle est aus­si matière à réflé­chir, à ques­tion­ner, à inven­ter. »

𝙄𝙣𝙛𝙤𝙨 𝙥𝙧𝙖𝙩𝙞𝙦𝙪𝙚𝙨 :
• 6€ / 4€
📌 Cinéma Nova - Rue d'Arenberg 3
1000 Bruxelles

__________________________

◆ On connait bien les films expé­ri­men­taux en pel­li­cule argen­tique de Jen Debauche au Nova. Cinéaste d’exception et co-fon­da­trice du labo­ra­toire ciné­ma­to­gra­phique d’artiste LABO BxL, elle déploie ici une nou­velle facette de son tra­vail en abor­dant le docu­men­taire avec brio, tant dans l’approche que dans le choix des inter­ve­nants.

Collage en illus­tra­tion de Lucile Desamory

Cœur d’aubergine

Un car­net intime de ren­contres par appli­ca­tion.

Clément, trente-neuf ans, céli­ba­taire, cherche la ren­contre qui va chan­ger sa vie. Armé de son seul smart­phone, il se prête au jeu de la drague et de la séduc­tion en ligne. Bienvenue à bord de ce kaléi­do­scope sonore pour un voyage au centre de Grindr, un docu­men­taire auto­bio­gra­phique où Clément Braive pose un regard sur sa géné­ra­tion et ques­tionne le céli­bat et le désir.