Périphérie, de Grégor Beck

Dimanche 18 jan­vier à 17h

ECOUTE-RENCONTRE RADIO en pré­sence du réa­li­sa­teur.
« Périphéries » de Grégor Beck + une pièce issue de la base de don­née sonore de BNA-BBOT en amont de la séance.
Au Centre Culturel Jacques Franck
Chaussée de Waterloo, 94 — 1060 Saint-Gilles
Entrée libre

Photos de Grégor beck

Photos de Grégor beck

«Ce pro­gramme a été conçu comme une expo­si­tion de tableaux sonores des péri­phé­ries de la ville de Bruxelles.

Ces « péri­phé­ries » sont des espaces de tran­si­tion, de pas­sage, de trans­for­ma­tion, des zones où l’homme tan­tôt détruit la nature, tan­tôt lui per­met de se réap­pro­prier des ouvrages qu’il y a lais­sés à l’a­ban­don.
C’est là que le cita­din relègue ce qui est trop encom­brant, trop sale, trop bruyant pour demeu­rer au coeur de la cité mais qui doit cepen­dant lui res­ter proche. Qu’il s’a­gisse de grands com­plexes com­mer­ciaux ou de déchet­te­ries, de zones indus­trielles ou de loi­sirs, d’axes de com­mu­ni­ca­tions ou de cités dor­toirs, ces zones peu séduisantes sont néan­moins néces­saires à la vie urbaine.
Ces pay­sages (dés)humanisés tout autant que (dé)naturés dans les­quels les rap­ports de force entre l’homme et la nature sont tan­tôt sym­bio­tiques, tan­tôt para­si­taires, mais où l’un(e) et l’autre entre­tiennent des échanges qui bien que par­fois dis­crets res­tent étroits.
Ma volon­té est aus­si de faire entrer l’au­di­teur là où il ne peut ou n’i­rait pas à prio­ri, de lui faire décou­vrir cer­tains pay­sages « inouïs. »
En revanche il y est aus­si ques­tion de don­ner à entendre l’om­ni­pré­sence de bruits qui nous entourent — rumeurs loin­taines de moteurs, vibra­tions élec­triques, pas­sages d’a­vions… — mais aux­quels nous ne prê­tons même plus atten­tion.»

« Périphéries » est une invi­ta­tion à une heure d’é­coute contem­pla­tive de moments et de lieux que nous consi­dé­rons com­mu­né­ment « sans qua­li­té. »

Réalisé avec le sou­tien du Fonds d’aide à la créa­tion radio­pho­nique de la Fédération Wallonie-Bruxelles et le fonds « Du côté des ondes » de la RTBF, de la Scam, de la SACD et du ser­vice de la pro­mo­tion des lettres de la fédé­ra­tion Wallonie-Bruxelles