Trait pour trait

Ni tota­le­ment fic­tion, ni exclu­si­ve­ment docu­men­taire, ce por­trait explore une zone de cir­cu­la­tion où modèle et por­trai­tiste se ren­contrent. Comme un jeu de cligne-musette où les rôles de celui qui compte et de celui qui se cache seraient ren­dus poreux. Enregistrées lors de cinq tom­bées de nuit consé­cu­tives dans l’in­ti­mi­té du salon, les paroles de Nadia invitent l’au­di­teur à une par­tie de colin-maillard ; yeux ban­dés et bras ten­dus, libre de devi­ner les contours d’un visage qui prend inlas­sa­ble­ment la tan­gente.

Copyright photographie Joffrey Goart

Production : Empreinte (acsr) avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Licence : SACD

Diffusions/Séances d'écoute

4/02/2018 - écoute publique au Jacques Franck dans le cadre de La Semaine du Son

Né à Bruxelles en 1978, Joachim Glaude baigne dans la musique depuis toujours ; un père disquaire, ça aide. Ses pieds ne sont jamais mieux ailleurs que dans des chaussures souples et parcourir la ville le nez plongé dans un livre lui procure un bonheur certain. Il est diplômé en techniques du son de l'Institut des Arts de Diffusion (Louvain-La-Neuve) et ses oreilles sont en forme de points d'interrogation. Il réalise des prises de son pour la radio (RTBF) la musique contemporaine (Sub Rosa, Orchestre Sturm und Klang, ...) ou le cinéma (Studio Dame Blanche, Frakas Productions, ...) Au cours de nombreux workshop, Joachim s'est intéressé à l'écriture instrumentale (avec Jean-Luc Fafchamps) au field recording (avec Chris Watson) au sound design (avec Charo Calvo) ou à l'écriture radiophonique (avec Alessandro Bossetti) Ses créations sonores ont accompagné le film "Les belles endormies" de l'artiste Léa Rogliano (une production de l'Atelier des Jeunes Cinéastes) ou récemment le solo de Eliane Nsanze "J'ai ressenti très fort le besoin de repartir" (une coproduction Charleroi Danse) Il se consacre en ce moment à l'écriture d'une fiction radiophonique.

Tags : , , , , , , , , ,