Archives du mot-clé : Amour

Est-Ouest, L’été 86

L’été 86 est celui de Tchernobyl. Et le mur est aus­si celui d’une gigan­tesque pri­son. Trois ans plus tard, il s’écroule. Désormais, d’Est en Ouest, le com­mu­nisme est vrai­ment mort. Et pour ceux de l’Est, Coca Cola est deve­nu le sym­bole de la liberté.

En 15 épisodes, c’est une série exem­plaire : en nous la don­nant à vivre, elle nous raconte qu’elle est la plus belle manière de res­sus­ci­ter la mémoire, mais aus­si, para­doxa­le­ment, de l’assassiner.

Est-Ouest, cadrée par l’Histoire des his­to­riens et des jour­na­listes, va au cœur d’une autre his­toire, singulière, intime, toute aus­si réelle. Par le docu­men­taire, avec tous les pro­ta­go­nistes qui se revoient trente – cinq ans plus tard. Un docu­men­taire, en une saga passionnée, qui se raconte comme une fic­tion, car tout docu­ment n’est jamais, en fait, que l’invention du réel, attes­tant pour­tant de la vérité d’une époque et des sen­ti­ments.

Août 1986, 3 ans avant la chute du mur de Berlin, une ren­contre amou­reuse, hasar­deuse, dans une rue noc­turne, à Budapest. Elle va connaître un corps à corps de tous les ins­tants, malgré tous les inter­dits. Ferenc, un jeune homme venu de Roumanie, y passe «ses vacances» pour ten­ter de fuir en Occident. À ses risques et périls, Richard l’emmène dans sa voi­ture jusqu’à Bruxelles, en tra­ver­sant les frontières illégalement.

Quand ils se retrouvent aujourd’hui, tout a changé : tout est per­du et tout est retrouvé, fis­suré, méconnaissable. L’amour peut-il reprendre là où le fil a été cassé ? De Bucarest à Budapest (lieu de ren­contre), de Budapest à Vienne (première escale, de Vienne à Bruxelles (lieu de l’amour tra­hi), de Bruxelles à Stockholm (lieu d’acceptation de l’asile), il y a le pas­sage des frontières de la guerre froide sans pas­se­port. Pourtant, malgré cette épreuve com­mune, le roman­tisme vole en éclats sans pou­voir en sai­sir la rai­son. Et à La gare du Nord, s’enfuit le train d’une incompréhensible déchirure. Une mémoire en acte, comme la mer démontée, tou­jours recommencée.

Quand Ferenc est arrivé en Occident, son pre­mier geste fut de s’arrêter devant le dis­tri­bu­teur de Coca-Cola, bois­son phare du capi­ta­lisme américain en l’avalant d’une traite. Voyant mon étonnement, Il dit: «tu ne peux pas com­prendre, c’est ava­ler la liberté ». Cela son­nait comme un crédo : « Coca Cola for ever ».

Est-Ouest, il était une fois, n’est pas un conte pour enfants. C’est main­te­nant, dans un monde autre­fois bloqué, plombé par un mur qui parais­sait éternel, immuable, infran­chis­sable. Pourtant, ce mur, non seule­ment, fut fran­chi, mais s’est écroulé. Même enfermée dans un recoin sombre, la mémoire ne peut exis­ter qu’au présent. S’il lui faut une clé pour en sor­tir, le tout est de la trou­ver. Au risque de se perdre. Et de crier sans fin.

Cœur d’aubergine

Un car­net intime de ren­contres par appli­ca­tion.

Clément, trente-neuf ans, céli­ba­taire, cherche la ren­contre qui va chan­ger sa vie. Armé de son seul smart­phone, il se prête au jeu de la drague et de la séduc­tion en ligne. Bienvenue à bord de ce kaléi­do­scope sonore pour un voyage au centre de Grindr, un docu­men­taire auto­bio­gra­phique où Clément Braive pose un regard sur sa géné­ra­tion et ques­tionne le céli­bat et le désir.

Naufrage en pleine terre

C’est L’Histoire … d’un héri­tage,
Une sorte de conte désen­chanté, trans­mis de mère en fille,
Un tas en vrac dans lequel se noue le récit d’une famille ;

L’Histoire d’un trop plein,
Un empa­que­tage sans fin d’objets que l’on porte, que l’on pousse, que l’on tire,
De caisses en car­ton où, entre les bibe­lots, s’agglutinent fan­tômes et sou­ve­nirs.

L’Histoire aus­si d’un vide,
Qui, brassé par les vagues de la mémoire, refait sur­face,
Et per­met d’apprivoiser le chaos et rega­gner de l’espace ;

C’est l’Histoire d’une tra­gé­die du quo­ti­dien,
Celle d’un pay­sage où l’on se noie, les deux pieds ancrés dans la matière,
Il était une fois …
« Naufrage en pleine terre »

Choisir et après

En 2010, un an après la nais­sance de mon deuxième enfant, je me suis fait vasec­to­mi­ser. Comme mon frère avant moi et notre père avant nous, mais sans concer­ta­tion. Une coïn­ci­dence. Et un sujet de conver­sa­tion comme un autre, si bien qu’à défaut de faire des petits, j’ai fait un émule. Dans ses pas, j’ai retrou­vé des ques­tions, j’en ai décou­vert d’autres, autour d’un choix de vie posé un jour en toute bonne foi, mais pas en toute connais­sance de cause.

Rascasse le vieux marin

La vie a chan­gé dans le petit port de pêche depuis que Rascasse a décou­vert une étrange bou­teille en plas­tique sur la plage. Il décide de s’en sépa­rer en pre­nant le large mais la mer le sur­prend et lui donne une mission…Ensemble, ils embarquent pour un monde oni­rique empreint de conscience éco­lo­gique.

Interview sur Radio Evasion

Quand la mer se retire


Quand la mer se retire est le por­trait sen­sible, intime et colo­ré d’Aurélie.

À la veille de ses 34 ans, Aurélie apprend qu’elle est gra­ve­ment malade. Un an après l’annonce de cette mala­die, c’est ici que com­mence l’histoire. Une his­toire vivante, une his­toire ani­mée, pleine d’hu­mour et de joie, autour des moyens qui mènent à la rési­lience lorsque le fil vient à lâcher. Un récit sonore sur la catas­trophe, sur la mala­die, sur la vie, sur la mort et sur ce qu’il y a entre.

Depuis l’autre côté du miroir, Aurélie s’est vue, à la fois très proche et à la fois très éloi­gnée d’elle-même, comme si elle regar­dait une autre femme, vivre ce qu’elle tra­ver­sait. À l’aide d’un micro elle se met à dis­tance. Elle tente de faire d’elle même un objet curieux, un objet d’étude. Elle se dédouble alors pour mieux se pro­té­ger et finit par se ren­con­trer. Ensemble avec Pierre, son com­pa­gnon, ils tissent la toile d’un récit colo­ré qui tra­verse le temps, à la recherche de l’existence et d’une véri­té qui leur appar­tient.

Le souffle de l’arpenteur

Partir à la recherche du souffle juste… Juste pour un joueur de naï, juste pour un alpi­niste, juste pour un urgen­tiste, juste pour une artiste. Les his­toires et les vies se croisent. Et elles croisent la mort. Le voyage prend alors l’allure d’une quête, et lorsque les mots manquent, les sons prennent le relai… C’est alors que l’oreille crée le pay­sage. Le coeur est plus proche…
Et dans les espaces qui s’ouvrent à nous sen­tir que l’on res­pire et que, quoi que l’on fasse, la vie y est un élan.

Gertrude, c’est ton vrai nom ?

gertrude pochette_recto

- Gertrude, arrête de boire.
 — Arrête de me dire Gertrude, arrête de boire.
 — Ça va, c’est une blague ! C’est la pre­mière fois que je ren­contre quel­qu’un qui s’ap­pelle Gertrude. Ça me fait pen­ser à Hamlet, la scène finale où la reine Gertrude boit le poi­son des­ti­né à Hamlet…
 — Tu crois que tu es le pre­mier à me la faire ? D’abord le roi dit «Gertrude, ne buvez pas.»
Et elle répond «mais si mon­sei­gneur, je bois.» Point. Et je bois. Point.
 — Et elle meurt empoi­son­née.

 — Et je t’emmerde.

Come come

badge_sirenes

Écouter les sirènes signi­fie être entré dans l’espace cen­tral d’une tona­li­té qui nous inter­pelle inti­me­ment et désor­mais, vou­loir res­ter dans la source d’émotion de ce son dont on ne peut se pas­ser .

Peter Sloterdijk, Sphères I. Bulles (1998)

Come Come est né d’une inter­ro­ga­tion fas­ci­née sur la figure des sirènes, à par­tir de celles d’Homère, qui révé­lèrent à Ulysse un « tré­sor » de science. Quel était-il ? L’histoire ne le dit pas. Mais si les sirènes reve­naient dans notre monde contem­po­rain, quel serait ce « tré­sor » adres­sé aux humains ? Dans une fic­tion empreinte de réa­lisme magique, Isabelle Dumont et Candy Saulnier nous guident à la décou­verte de cette énigme à tra­vers un voyage vocal et musi­cal.

Cette fic­tion radio­pho­nique est la pre­mière par­tie d’un dip­tyque sur les sirènes dont la pro­chaine étape pren­dra la forme d’un réci­tal scé­nique.