Archives du mot-clé : Fiction

John Haute Fidélité

Une tra­gé­die sha­kes­pea­rienne dans le monde de Google / Facebook, racon­tée du point de vue d’une intel­li­gence arti­fi­cielle fantôme.

Le vieux P‑DG de Poodle – une célèbre mul­ti­na­tio­nale d’intelligence arti­fi­cielle – est sur le point de mou­rir. Il com­mu­nique ses der­nières volon­tés à John Haute Fidélité, le pro­duit-phare de son entre­prise, un assis­tant per­son­nel connec­té dont la répu­ta­tion est de connaître vos dési­rs mieux que vous – mêmes. Tout son royaume sera trans­mis à son fils natu­rel Junior, à l’exception de la chambre forte qui ren­ferme le secret de l’algorithme de John. L’intelligence de John semble si humaine que Poodle père a déci­dé de l’adopter comme un second fils. Mais après la mort du père, d’étranges voix résonnent dans le palais. Un lar­sen de dési­rs inas­sou­vis gronde dans les cou­loirs. Un crime se pré­pare. La tra­gé­die de l’ère numé­rique peut commencer.


Teaser vidéo réa­li­sé par Maël Lagadec.

Qualia

Cinq femmes artistes pro­ve­nant de dif­fé­rentes cultures mettent en paroles une expé­rience phy­sique forte, mar­quante à vie. L’une d’entre elles ne dit pas la véri­té. Du lan­gage cor­po­rel et du lan­gage par­lé. De la richesse du bilin­guisme. De la com­plexi­té des tra­duc­tions. De l’u­sage du sens, du son et des sens.
Qualia ques­tionne l’utilisation du son dans le sto­ry­tel­ling, sa capa­ci­té à tou­cher le sub­cons­cient, sa puis­sance à pro­vo­quer des réac­tions phy­siques et des images men­tales. Vous voyez ce que je veux dire?

Gertrude, c’est ton vrai nom ?

gertrude pochette_recto

- Gertrude, arrête de boire.
 — Arrête de me dire Gertrude, arrête de boire.
 — Ça va, c’est une blague ! C’est la pre­mière fois que je ren­contre quel­qu’un qui s’ap­pelle Gertrude. Ça me fait pen­ser à Hamlet, la scène finale où la reine Gertrude boit le poi­son des­ti­né à Hamlet…
 — Tu crois que tu es le pre­mier à me la faire ? D’abord le roi dit «Gertrude, ne buvez pas.»
Et elle répond «mais si mon­sei­gneur, je bois.» Point. Et je bois. Point.
 — Et elle meurt empoisonnée.

 — Et je t’emmerde.

Come come

badge_sirenes

Écouter les sirènes signi­fie être entré dans l’espace cen­tral d’une tona­li­té qui nous inter­pelle inti­me­ment et désor­mais, vou­loir res­ter dans la source d’émotion de ce son dont on ne peut se pas­ser .

Peter Sloterdijk, Sphères I. Bulles (1998)

Come Come est né d’une inter­ro­ga­tion fas­ci­née sur la figure des sirènes, à par­tir de celles d’Homère, qui révé­lèrent à Ulysse un « tré­sor » de science. Quel était-il ? L’histoire ne le dit pas. Mais si les sirènes reve­naient dans notre monde contem­po­rain, quel serait ce « tré­sor » adres­sé aux humains ? Dans une fic­tion empreinte de réa­lisme magique, Isabelle Dumont et Candy Saulnier nous guident à la décou­verte de cette énigme à tra­vers un voyage vocal et musical.

Cette fic­tion radio­pho­nique est la pre­mière par­tie d’un dip­tyque sur les sirènes dont la pro­chaine étape pren­dra la forme d’un réci­tal scénique.

Pamela

cover_pamela

Pour le dire en un mot, Pamela, c’est un feuille­ton radio­pho­nique à l’eau de rose infes­té par un virus poé­ti­co-trash appe­lé Processus, mélan­geant tout avec tout, et bou­le­ver­sant de façon déli­rante l’univers rose bon­bon très conven­tion­nel de Pamela et John.

Download the script in English HERE.

Perfecto

perfectocarré13

Lille, un matin du mois de mai, Virginia prend place à bord de la BMW de Monique. Réunies par le hasard du co-voi­tu­rage, les deux femmes ne se rever­ront pro­ba­ble­ment jamais et sont coin­cées pour un tra­jet de plus de huit heures.
Perfecto est une comé­die fémi­niste, un voyage sonore.

Chaotik Jarden

chaotikJ_envers

Chaotik Jarden est un docu-fic­tion qui s’en­fonce dans une petite jungle en pleine ville. Il est fait d’am­biances rugueuses comme la terre, de scènes acci­den­tées comme le pay­sage urbain, de sons doux comme le duvet d’une feuille de courge. C’est un appel à la nature: « Dans ce monde qui construit des cages…soyons des oiseaux sauvages!»

Derrière chez moi

De retour dans son pays d’origine, en Kanaky Nouvelle-Calédonie, l’auteure entre­prend une quête mys­té­rieuse. Où se cache donc le cagou de son enfance ? Un souffle étrange la condui­ra dans un voyage au coeur de cette île mer­veilleuse. Guidée par l’inquiétude de ses habi­tants, elle par­ti­ra à la recherche d’un bois tabou, de l’autre côté de la mon­tagne. Car c’est là-bas, sur cette terre rouge si convoi­tée, que se joue l’avenir de tout un peuple.

Co-pro­duc­tion atha­nor et l’acsr.

Personnologue

personnologue

8 per­son­nages, 8 por­traits sous forme de monologue.

Leur point com­mun : tous ces per­son­nages ont, à un moment don­né, déra­pé hors de la réa­li­té : Abdou Messeghir a ren­con­tré Zinédine Zidane dans son jar­din, Laurent Maïs a vu le pré­sen­ta­teur de la télé lui faire un clin d’œil, Nathalie Després a ver­sé de l’assouplissant à la pêche dans le bœuf en sauce de son mari, Patrice Tendreville a lais­sé des mes­sages sur le répon­deur d’un homme dis­pa­ru depuis long­temps, Catherine Benoît a vu un incon­nu débar­quer en héli­co­ptère dans son salon, Alias Osiris a accro­ché des tro­phées de spor­tifs empaillés dans le hall d’entrée de sa vil­la, Arlette Robert a tour­né autour de son chien en plas­tique dans sa cour, Salah Kaler a aban­don­né dans une chambre d’hôtel l‘homme qu’il aurait dû être.

8 fic­tions en for­mat chan­son. À dif­fu­ser inté­gra­le­ment ou à égre­ner au fil de la programmation.