Archives du mot-clé : Portrait

Zoé de 1 à 7

Rencontrez une sirène pas comme les autres !

Synopsis

‹Zoé de 1 à 7›, c’est le por­trait d’une jeune femme que rien n’arrête.

On la suit dans un de ses dimanches après-midis bien rempli.

Et parce qu’elle sait que l’a­ve­nir sera dif­fé­rent, il n’est pas per­mis de perdre une miette du temps présent.

Zoé est une sirène à l’ap­pé­tit de vie débor­dant et communicatif !

De quoi gar­der la tête hors de l’eau en ces temps rébarbatifs.

______________

Ce por­trait est dif­fu­sé dans le cadre de l’é­mis­sion STORIES ON AIR, pro­duite par l’as­so­cia­tion ART2WORK en par­te­na­riat avec l’ACSR et Radio Panik

Est-Ouest, L’été 86

L’été 86 est celui de Tchernobyl. Et le mur est aus­si celui d’une gigan­tesque pri­son. Trois ans plus tard, il s’écroule. Désormais, d’Est en Ouest, le com­mu­nisme est vrai­ment mort. Et pour ceux de l’Est, Coca Cola est deve­nu le sym­bole de la liberté.

En 15 épisodes, c’est une série exem­plaire : en nous la don­nant à vivre, elle nous raconte qu’elle est la plus belle manière de res­sus­ci­ter la mémoire, mais aus­si, para­doxa­le­ment, de l’assassiner.

Est-Ouest, cadrée par l’Histoire des his­to­riens et des jour­na­listes, va au cœur d’une autre his­toire, singulière, intime, toute aus­si réelle. Par le docu­men­taire, avec tous les pro­ta­go­nistes qui se revoient trente – cinq ans plus tard. Un docu­men­taire, en une saga passionnée, qui se raconte comme une fic­tion, car tout docu­ment n’est jamais, en fait, que l’invention du réel, attes­tant pour­tant de la vérité d’une époque et des sentiments.

Août 1986, 3 ans avant la chute du mur de Berlin, une ren­contre amou­reuse, hasar­deuse, dans une rue noc­turne, à Budapest. Elle va connaître un corps à corps de tous les ins­tants, malgré tous les inter­dits. Ferenc, un jeune homme venu de Roumanie, y passe «ses vacances» pour ten­ter de fuir en Occident. À ses risques et périls, Richard l’emmène dans sa voi­ture jusqu’à Bruxelles, en tra­ver­sant les frontières illégalement.

Quand ils se retrouvent aujourd’hui, tout a changé : tout est per­du et tout est retrouvé, fis­suré, méconnaissable. L’amour peut-il reprendre là où le fil a été cassé ? De Bucarest à Budapest (lieu de ren­contre), de Budapest à Vienne (première escale, de Vienne à Bruxelles (lieu de l’amour tra­hi), de Bruxelles à Stockholm (lieu d’acceptation de l’asile), il y a le pas­sage des frontières de la guerre froide sans pas­se­port. Pourtant, malgré cette épreuve com­mune, le roman­tisme vole en éclats sans pou­voir en sai­sir la rai­son. Et à La gare du Nord, s’enfuit le train d’une incompréhensible déchirure. Une mémoire en acte, comme la mer démontée, tou­jours recommencée.

Quand Ferenc est arrivé en Occident, son pre­mier geste fut de s’arrêter devant le dis­tri­bu­teur de Coca-Cola, bois­son phare du capi­ta­lisme américain en l’avalant d’une traite. Voyant mon étonnement, Il dit: «tu ne peux pas com­prendre, c’est ava­ler la liberté ». Cela son­nait comme un crédo : « Coca Cola for ever ».

Est-Ouest, il était une fois, n’est pas un conte pour enfants. C’est main­te­nant, dans un monde autre­fois bloqué, plombé par un mur qui parais­sait éternel, immuable, infran­chis­sable. Pourtant, ce mur, non seule­ment, fut fran­chi, mais s’est écroulé. Même enfermée dans un recoin sombre, la mémoire ne peut exis­ter qu’au présent. S’il lui faut une clé pour en sor­tir, le tout est de la trou­ver. Au risque de se perdre. Et de crier sans fin.

Cœur d’aubergine

Un car­net intime de ren­contres par application.

Clément, trente-neuf ans, céli­ba­taire, cherche la ren­contre qui va chan­ger sa vie. Armé de son seul smart­phone, il se prête au jeu de la drague et de la séduc­tion en ligne. Bienvenue à bord de ce kaléi­do­scope sonore pour un voyage au centre de Grindr, un docu­men­taire auto­bio­gra­phique où Clément Braive pose un regard sur sa géné­ra­tion et ques­tionne le céli­bat et le désir.

Frères

Rémi et David, frères jumeaux, sont nés avec un handicap. Il y a 34 ans. Depuis, leurs parents luttent avec eux pour leur offrir un peu de liberté, d’autonomie et de vie au sein de la société.

Rémi et David sont frères jumeaux.
Ils sont nés une nuit de décembre 1984.
Rapidement, on s’est ren­du compte que quelque chose n’allait pas.
Les méde­cins ont alors posé un pre­mier diag­nos­tique : Infirme Moteur Cérébral. Leur han­di­cap sera lourd. Ils ne mar­che­ront pas et ne par­le­ront pas.
Les parents, Nadine et Michel, ne vou­laient pas croire à ce sombre pro­nos­tic. Alors ils se sont lan­cés dans une longue bataille pour faire gran­dir leurs petits.

Parcours en festivals

Septembre 2020

* Phonurgia Nova Awards — Paris — France : Mention du jury dans la catégorie « Archives de la parole ».

“ Dans ce récit, mul­ti­formes et pre­nant, de la vie de deux jumeaux nés en 1984 et identifiés comme « infirmes moteurs cérébraux », la parole est cen­trale, celle des deux frères d’abord, comme sujet (leur dif­fi­culté à par­ler), mais sur­tout comme matériau pho­nique et poétique, déclencheur d’une écoute elle-même hors norme, ralen­tie et rafraîchie, qui fait redécouvrir l’usage du langage.”

Marie-Madeleine Mervant-Roux lors de la remise des prix.

Octobre 2020

* Prix Europa — Postdam — Allemagne : Sélection dans la catégorie « Radio docu­men­ta­ry » — fina­liste du 2ème tour (top 8). Février 2021

* Longueur d’ondes — Brest — France : Sélection dans la catégorie « Grandes ondes ».

A lire : l’ar­ticle d’Elise Racque dans Telerama, un entre­tien avec Nicolas François et Aurélia Balboni !

A voir et à écou­ter : dans Podcast + sur BX1, Jean-Jacques Deleeuw parle du pod­cast “Je vis de ma pas­sion” avec Valentine Hersmoortel, et de créa­tions sonores avec Aurelia Balboni et Nicolas François. 

Ainsi brament-ils

Benoît et Baptiste sont pas­sion­nés par le cerf. Ensemble, ils suivent sa piste, l’appellent, l’écoutent, l’observent, le pho­to­gra­phient, le com­prennent. Une com­pé­tence que père et fils expo­se­ront au Championnat natio­nal d’imitation du brame de Saint-Hubert.
Expression bes­tiale de la riva­li­té, le brame affec­te­ra-t-il leur com­pli­ci­té ? C’est l’histoire d’une trans­mis­sion, d’un lien fort entre la nature et l’homme, d’une pas­sion com­mune pour le cerf avec toute sa sym­bo­lique, et, au bout du compte, d’une inévi­table confrontation.

A lire, un article sur pointculture.be

L’envol de l’école

L’envol de l’é­cole est le car­net de bord sonore d’une démarche à l’am­bi­tion folle : réin­ven­ter l’école.

Imaginez une école qui affi­che­rait en grande lettres sur sa façade la phrase “Apprendre pour être libre”; une école qui repen­se­rait entiè­re­ment l’organisation tra­di­tion­nelle des cours pour leur don­ner plus de sens et trans­mettre aux élèves le désir d’apprendre;
une école où les déci­sions seraient prises col­lé­gia­le­ment par les élèves et les profs,
une école dont l’objectif serait d’inclure tout le monde, et plus par­ti­cu­liè­re­ment les élèves plus précaires.

Pendant sept ans, Le pro­jet de cette école a été rêvé, pen­sé, ima­gi­né par un groupe de pas­sion­nés de péda­go­gie, “les péda­go­nautes”. Avec la Commune de Saint-Gilles, ils ont fait de ce rêve une réalité.

Le 1er sep­tembre 2017, cette école a pris son envol sous le nom de “Lycée Intégral Roger Lallemand”

Durant 6 épi­sodes de 25 minutes, le docu­men­taire plonge l’au­di­teur dans le réel des profs et des élèves et s’at­tache, au tra­vers de quelques per­son­nages à racon­ter la confron­ta­tion de ce pro­jet uto­pique à la réa­li­té du ter­rain. Il rend compte de cette réa­li­té dans sa com­plexi­té, loin des dis­cours et des leçons de morale.

Naufrage en pleine terre

C’est L’Histoire … d’un héritage,
Une sorte de conte désen­chanté, trans­mis de mère en fille,
Un tas en vrac dans lequel se noue le récit d’une famille ;

L’Histoire d’un trop plein,
Un empa­que­tage sans fin d’objets que l’on porte, que l’on pousse, que l’on tire,
De caisses en car­ton où, entre les bibe­lots, s’agglutinent fan­tômes et souvenirs.

L’Histoire aus­si d’un vide,
Qui, brassé par les vagues de la mémoire, refait surface,
Et per­met d’apprivoiser le chaos et rega­gner de l’espace ;

C’est l’Histoire d’une tra­gé­die du quotidien,
Celle d’un pay­sage où l’on se noie, les deux pieds ancrés dans la matière,
Il était une fois …
« Naufrage en pleine terre »

Choisir et après

En 2010, un an après la nais­sance de mon deuxième enfant, je me suis fait vasec­to­mi­ser. Comme mon frère avant moi et notre père avant nous, mais sans concer­ta­tion. Une coïn­ci­dence. Et un sujet de conver­sa­tion comme un autre, si bien qu’à défaut de faire des petits, j’ai fait un émule. Dans ses pas, j’ai retrou­vé des ques­tions, j’en ai décou­vert d’autres, autour d’un choix de vie posé un jour en toute bonne foi, mais pas en toute connais­sance de cause.

Courage, fuyons!

Les Marolles, quar­tier popu­laire situé au cœur de Bruxelles.
Dans le dédale des ruelles, sur la place du mar­ché aux puces, dans les cui­sines inté­rieures ou dans
la cha­leur d’un café, je pose la même ques­tion aux habi­tants: «au cours de votre vie, avez-vous fui quelque chose?».
On me raconte des bribes de vie, on me recom­mande à un voi­sin, on se passe le mot. De bouche à oreilles, ma col­lecte d’his­toires brasse les mémoires, remue le pas­sé, s’a­muse des sono­ri­tés, et voi­là que la fuite prend des airs d’é­loge qu’on ne lui connais­sait pas. Une phi­lo­so­phie poli­tique de la vie se fait jour. Un cer­tain art de la fuite.

Moi, raciste?

ah ça vous vous inté­res­sez au quar­tier, au mul­ti­cul­tu­rel? Et bien moi je vais vous dire mon­sieur Liévin, le racisme, je l’ai vu naître. C’était en 1973, avec le choc pétro­lier. J’avais 16 ans je crois” — Abdel, 62 ans

Abdel est l’encadrant des appren­tis qui rénovent ma mai­son; Il récite son his­toire popu­laire du quar­tier, et me guide dans l’enfance et l’origine sociale de mon père. Puis sur­vient une époque dont Bruxelles pour­rait rou­gir, un épi­sode long de plus de 15 ans de vul­ga­ri­té poli­tique. Si “l’époque Nols” encap­sule les années de son long mayo­rat et limitent à un homme l’immoralité du dis­cours sur les étran­gers, la mémoire Abdel nous montre le temps conti­nu où les maro­cains de Belgique ont vécu la dis­cri­mi­na­tion, de façon bien plus salis­sante et impré­gnante qu’on ne pense le savoir aujourd’hui.

“je m’en sou­viens. Ma mère ne vou­lait pas que je joue avec mes copines maro­caines. “Ils ont des poux, ces gens-là, qu’elle disait. Je ne com­pre­nais pas” — Dominique, 58 ans

C’est en ce temps que je suis né, et heu­reu­se­ment les luttes anti­ra­cistes ont mora­li­sé cette poli­tique assu­mée d’un racisme ciblé qui per­dure jusqu’aujourd’hui. Le doc se veut un chan­tier mémo­riel qu’il nous reste à enta­mer pour réus­sir “le vivre ensemble”, cette quête bruxel­loise sans fin, dans notre Babel bra­ban­çonne qui rayonne désor­mais de son hyper-diversité.