A propos


Nous sommes un atelier d’accompagnement pour les auteur·e·s de créations sonores radiophoniques (dédiées au broadcast et podcast). Depuis 1996, nous sommes basé·es à Bruxelles.

Nous initions, outillons, coachons et diffusons les créations des passionné·es et les enthousiastes d’histoires audio. Au centre d’une communauté ouverte à l’échange de savoirs et de pratiques, l’acsr est un lieu de transmission, un espace de liberté(s) qui permet l’expérimentation et la recherche, et qui désire encourager la diversité artistique. L’acsr met à disposition :

  •  un accompagnement artistique (une aide à l’écriture du projet, des écoutes de travail aux différentes phases de réalisation)
  •  une aide à la production et à la diffusion
  •  des moyens techniques et financiers

Les projets accompagnés doivent nécessairement avoir obtenu un financement extérieur ou être sélectionnées lors de notre appel à projets ‹Empreinte›.

L’acsr est une structure d’accueil soutenue par la Fédération Wallonie-Bruxelles.  L’acsr est membre de l’Association des Ateliers d’Accueil et de Production Audiovisuels (AAAPA), membre du Réseau des Arts à Bruxelles et membre adhérent de l’ASsociation des Auteurs·rices, réalisateurs·rices et producteurs·rices Radio (ASAR).


Historique

Depuis sa première assemblée constitutive en 1995, l'association a traversé différentes périodes clefs, qui ont chacune participé à son identité et son rayonnement.
de 1996 à 2001

L’Atelier de création sonore radiophonique (acsr) est né en 1996 d’une nécessité de lutte et de résistance. Par réaction à la disparition progressive de moyens accordés à la production et aux espaces de diffusion, des auteur·es, réalisateur·rices, interprètes, créateur·rices sonores ont décidé de réagir et de re-dynamiser la création pour la radio en Belgique francophone afin qu’elle continue d’interpeller notre imaginaire et qu’elle retrouve une valeur, un écho et un public.

L’acsr a tenu à inaugurer son existence par un premier Festival de création sonore et radiophonique à Bruxelles en 1997. Le désir pour cette édition ‘zéro’ a été de mettre en lumière les artisan·es de cette discipline qui opéraient tant sur les ondes du service public que celles des radios associatives à vocation socio-culturelle. Deux éditions biennales ont suivi : l’une en 1999, consacrée au genre documentaire, et en 2001, à la fiction.

Sans ressources structurelles, l’acsr développe peu à peu l’accompagnement d’auteur·es confirmé·es et de jeunes créateur·rices pour produire au mieux des documentaires, des fictions, des portraits sonores. Différents appels à projets ont été lancé sur le thème de la ville, dont la collection ‘Portraits sonores de la ville’.

de 2001 à 2007

En 2000, l’acsr est reconnu et agréé comme structure d’accueil par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ce soutien conjugué à celui de la Ville de Bruxelles nous a permis de finalement disposer en 2002 d’un lieu au Centre Dansaert près de la Porte de Flandre. La première employée et les membres bénévoles disposaient d’un bureau, d’une salle de réunion et de deux petits studios.

L’atelier lance alors un espace laboratoire d’expérimentation d’écriture sonore : le module expérimental, qui est resté actif de 2002 à 2004. Ce moment de liberté et d’expérimentation se couplait au désir de réinventer le langage radio- phonique et à celui d’explorer, de découvrir d’autres esthétiques et pratiques sur une dimension plus internationale : poésie sonore, performance, radio-art, etc.

Cette inspiration et ce nouvel élan au sein de l’association ont déclenché la mise en place d’activités phares qui ont participé au rayonnement international de l’acsr. Et cela s’est conjugué à l’apparition de nouveaux modes de diffusion : en 2002, l’augmentation de la bande passante et des nouveaux formats de com- pression permettaient une diffusion audionumérique de qualité sur internet ; et en 2004, le déploiement de nouveaux agrégateurs et le développement d’un nouveau concept de balladodiffusion : le podcast.

En 2003, le festival, rebaptisé Radiophon’ic, est marqué par cette nouvelle dynamique : un studio radio s’installe durant 7 jours à la Chapelle des Brigittines, et retransmet en direct une série de performance radiophonée belges et internationales dans les murs et hors les murs. L’expérience a été poursuivie les années suivantes et s’est cristallisée sous la forme de grands moments de ren- contre et d’hommage à l’art radiophonique dans toutes ses déclinaisons, de la performance fictionnelle, poétique, de l’installation à la performance en direct sur scène, sur les ondes et sur le web.

En 2004, l’acsr désire inventer une webradio, un espace d’écoute dédié à la mulitiplicité du langage sonore, un mille-feuille de la création radiophonique contemporaine. Jusqu’en 2012, SilenceRadio.org a produit 170 pastilles et rassemblé 124 artistes belges et internationaux, ayant une pratique sonore dans et hors de la radio.

de 2008 à 2014

En 2008, l’acsr déménage à Saint-Josse dans un bâtiment de la FWB qui héberge d’autres opérateurs culturels, dont Radio Panik. Notre espace de travail s’agrandit d’un troisième studio dédié à l’enregistrement.

En 2010, le Fonds d’aide à la création radiophonique (FACR) quitte sa précarité suite à la participation financière tant attendue des radios privées. L’ensemble du secteur bénéficie différemment de cette pérennité : l’augmentation de la dotation à l’acsr, la reconnaissance des radios associatives à vocation socio-culturelle, mais par contre, une toute légère croissance de l’enveloppe dédiée au soutien à la création. Et pourtant, de plus en plus de projets de meilleur qualité sont déposés, et une véritable production indépendante réclame sa professionalisation.

Sur le plan artistique, les énergies se concentrent davantage sur l’écriture et la réalisation d’œuvres prêtes à diffuser pour les ondes et les plateformes de podcast. En parallèle, un nouveau public commence à apprécier de plus en plus les séances d’écoutes collectives.

En 2011, à la demande générale des auteur·es, l’acsr donne accès à toutes les dernières productions en écoute intégrale sur son nouveau site. Fort de son rayonnement, l’acsr attire de plus en plus de jeunes créateur·rices, et la priorité est donnée à la dimension d’accompagnement, à la transmission des pratiques et l’échange de savoirs via de nouveaux stages de formation et des masterclasses.

Fin mai 2010 est née La Coquille : un espace d’expérimentation au sein de l’acsr, qui a pris ensuite la forme d’une mini-académie en 2012 pour découvrir les différents savoir-faire liés au langage et à la réalisation radiophonique.

Disposant encore d’une petite marge de production propre, l’équipe de l’acsr décide en 2014 de la mettre à profit des auteur·es, en lançant chaque année un appel à petites formes courtes Empreinte : un espace-temps dédié à l’expérimentation et à la recherche.

Après ces sept années à dynamiser et renforcer la qualité d’accueil de l’acsr, l’impatience et le désir redonnent l’énergie pour organiser Monophonic 2014, un festival de 4 jours aux Halles de Schaerbeek et aux Ateliers Claus, faisant hommage à la simplicité de cette radio que l’on aime, qui raconte, qui nous immerge, qui donne la parole, qui improvise et qui poétise notre imaginaire.

depuis 2015

L’équipe des employé·es s’étoffe au bureau. L’acsr accueille de plus en plus de productions avec un meilleur encadrement. Notre organisme de tutelle (la Fédération Wallonie-Bruxelles) nous demande de nous profiler strictement comme une structure d’accueil, c.à.d. abandonner notre statut de producteur exécutif pour les projets émanant du FACR.

La qualité des œuvres accompagnées se remarque de plus en plus dans le milieu professionnel international. Le palmarès de l’acsr s’agrandit ! L’engouement et le succès du podcast redonnent un intérêt pour l’au- dio de manière générale, mais également à la création indépendante, car différente, décalée, alternative, et traitant de sujet peu développé sur les médias mainstream.

Comme à chaque édition, mais complètement féminine cette fois-ci, un nouveau comité artistique conçoit la programmation d’un moment de rencontre d’une journée (Just A perfect Sounday en 2018) et de quatre jours en 2019 à la Maison Européenne des Auteurs et des Autrices, à la Montagne magique et au Cinéma Nova (Ear You Are 2019), un moment de créativité, de rencontres, et de magie – mettant en hommage les artistes de la radio et du récit sonore.

En 2021, à l’occasion de ses 25 ans, l’acsr dédouble ses plateformes sur la toile :

• un site acsr.be dédié aux professionnel·les et à celles et ceux qui désirent réaliser, qui reprend l’annuaire de tous nos collaborateur·rices et partenaires,

• et le site radiola.be, une plateforme audio destinée à toutes et tous, qui désirent dériver, rêver, consom- mer une pause, ouvrir les oreilles sur des récits, des histoires, des moments en transition, en suspension, des instantanés sonores, à par- tager chacun et chacune à sa manière.