Artiste sonore

Marcel Xhaufflaire

Biographie

Marcel Xhaufflaire a publié plusieurs essais et articles d’ordre philosophico-sociologique, dont une thèse de doctorat sur Feuerback et le jeune Marx et l’idéologie religieuse (publié en 1970 en français et allemand).

De 1981 à 1983, il a été coordinateur et rédacteur du mensuel Courrier 1030.

De 1984 à 1997, il a été administrateur et coordinateur-permanent de Radio Panik. Et en 1999, il a intégré le CA durant quelques années.

Il a réalisé 3 vidéogrammes avec le Centre de Vidéo de Bruxelles dont : Front antiraciste de Schaerbeek et Y’a plus d’rumba dans l’air sur les radios privées à Bruxelles (1985).

Marcel Xhaufflaire était également à ses heures peintre. Il a été membre fondateur et administrateur en 1994 de l’asbl Cité-Laboratoire des arts (un projet  de rénovation de l’ex-caserne Dailly).

Parmi ses réalisations radiophoniques :

Bonne fête ! (1987), Latitudes (1988), Nœuds (d’après l’œuvre de R.Laing – 1988), Au pied du mur. Photos sonores d’un stage de peinture (1988), Bruxelles : radioscopie d’une nouvelle région (1989), Les prometteurs de beaux jours (1990), Le cercle mauve (feuilleton radiophonique) (1992), Une cité des arts dans la caserne Dailly ? Rêves et réalités (1995), La disparition du Cercle mauve (feuilleton radiophonique) (1996), Visite sans guide (1997), Une brise légère (1998), Comme un avion sans aile – 1èrepartie (1998), Les histoires sont d’amour et de haine (1999), Juge sans lendemain (2000 ) , Libérez l’A(rt)-Radio (2001), Comme un avion sans aile – 2eet 3e partie (2005).

Il a reçu en 1996 le Prix SACD Belgique de la création radiophonique pour La disparition du cercle mauve.

Marcel Xhaufflaire a été membre fondateur de l’atelier de création sonore radiophonique de 1996 à 2009, fort impliqué dans sa direction artistique. Et il a notamment initié et animé le Module expérimental de 2002 à 2005.

Il s’est éteint en 2015, peu de mois après avoir interprété son dernier rôle  dans le docu-fiction Come Come de Isabelle Dumont et Candy Saulnier.

 

Contact