Formations 2019

L’ACSR pro­pose tout au long de l’année des for­ma­tions pro­fes­sion­nelles dédiées à la pra­tique de la radio et du son. Celles-ci sont acces­sibles en prio­ri­té aux résident.e.s en Belgique.

  • Stage de mon­tage avec Aurélien Lebourg et Bastien Hidalgo Ruiz les 16 – 17-30/11 et 1 décembre 2019
  • Écrire un pro­jet de créa­tion radio­pho­nique, ani­mé par Carmelo Iannuzzo, mer­cre­di 6, 13, 20 novembre 2019 (+ à déter­mi­ner)
  • Les sons refuges – le refuge des sons, mas­ter­class avec Chantal Dumas du 3 au 6 décembre 2019

Ecrire un projet de création radiophonique

Workshop sur 4 mer­cre­dis après-midi (16h à 20h),
le 6, 13, 20 novembre 2019 et un der­nier mer­cre­di au choix.

Animé par Carmelo Iannuzzo
Et accom­pa­gné par des inter­ve­nants exté­rieurs et expé­ri­men­tés pour la der­nière séance
(sous réserve Paola Stevenne, Veronika Mabardi, Guillaume Abgrall, …)

Formulaire à com­plé­ter en ligne: https://framaforms.org/ecrire-un-projet-de-creation-radiophonique-1570805922
Clôture des ins­crip­tions le 25 octobre 2019 (minuit)

Objectif du work­shop

En Fédération Wallonie-Bruxelles, les auteurs-réa­li­sa­teurs en recherche de finan­ce­ment, d’un pro­duc­teur ou de par­te­naires, doivent pas­ser par la rédac­tion d’un dos­sier assez consé­quent.

Pour un pro­jet de docu­men­taire, fic­tion et autres créa­tions radio hybrides ou plus sonores, le « dos­sier idéal» doit pou­voir réunir dif­fé­rentes exi­gences : décrire le plus pré­ci­sé­ment le pro­jet et ame­ner sa bonne lec­ture et com­pré­hen­sion auprès d’un comi­té de lec­ture, une com­mis­sion ; à la fois décrire le pro­jet artis­tique et les dif­fé­rentes étapes de tra­vail aux par­te­naires artis­tiques ; à la fois per­mettre au réa­li­sa­teur lui-même de don­ner une cohé­rence au pro­jet, et de pré­voir au mieux toutes les phases de réa­li­sa­tion (tour­nage, com­po­si­tion, mon­tage, mixage, … ) ; et tout cela avec l’objectif de s’approcher au plus près – men­ta­le­ment — de l’objet artis­tique dési­ré et don­ner envie aux lec­teurs, audi­teurs avi­sés, de l’entendre.

De l’écriture des pro­jets de créa­tion à leur mise en ondes, des ques­tions récur­rentes se posent. Il est pré­fé­rable de se les poser en amont afin de pré­pa­rer au mieux la phase de tour­nage ou tout sim­ple­ment ne pas se perdre dans les méandres de l’écriture au moment du mon­tage.
Mais plus encore, à tra­vers diverses écri­tures tout autant per­son­nelles et au-délà des dis­tinc­tions de genre, se révèlent les spé­ci­fi­ci­tés d’un médium, de son appro­pria­tion, et donc d’un lan­gage.

Stage sur quatre mer­cre­di après-midi (16h à 20h)

Mercredis ani­més par Carmelo Iannuzzo : 6, 13, 20 novembre 2019
Carmelo Iannuzzo, délé­gué de pro­duc­tion à l’atelier de créa­tion sonore radio­phoique, depuis une dizaine d’années, a accom­pa­gné de nom­breux auteurs lors de la phase de concep­tion, d’écriture du dos­sier et prê­ter ses oreilles en stu­dio. Il s’agissait chaque fois d’analyser, d’utiliser des ‘outils’, faire appaître cer­taines notions, en veillant à tou­jours lais­ser la tutelle de l’auteur sur sa créa­tion, de la concep­tion à sa fina­li­sa­tion.

Ces trois pre­miers mer­cre­dis se dérou­le­ront avec tous les par­ti­ci­pants.

Le pre­mier après-midi sera divi­sé en deux temps : Présentation des sta­giaires et de leur idée de pro­jet, sui­vi de pro­po­si­tions de créa­tion radio à écou­ter (petite pho­no­thèque com­mune pou­vant ser­vir de base de dis­cus­sions).
Et le deuxième temps sera consa­cré aux divers aspects de la pro­duc­tion et des ser­vices appor­tés par l’acsr, en tant que struc­ture d’accueil: agen­da de réa­li­sa­tion, ven­ti­la­tion et postes bud­gé­taires, sources de finan­ce­ment, la ges­tion des droits d’auteurs, accords de dif­fu­sion, …

Durant les deuxième et troi­sième après-midi, la réflexion sera agré­men­tée par la défi­ni­tion de notions impor­tantes et d’outils à la concep­tion, notam­ment spé­ci­fiques au lan­gage radio­pho­nique, la dimen­sion ver­ti­cale d’une écri­ture (narration/discours/poétique), et lier les inten­tions aux choix des dis­po­si­tifs de tour­nage, de trai­te­ment et de mises en onde. Une approche qui per­met d’appréhender la struc­ture-type des dos­siers (note d’intention, trai­te­ment, décou­page), tout en déve­lop­pant l’originalité du point de vue et la sin­gu­la­ri­té du pro­jet de cha­cun.

Les deux der­niers après-midis seront consa­crés aux divers aspects de la pro­duc­tion et des ser­vices appor­tés par l’acsr, en tant que struc­ture d’accueil: agen­da de réa­li­sa­tion, ven­ti­la­tion et postes bud­gé­taires, sources de finan­ce­ment, la ges­tion des droits d’auteurs, accords de dif­fu­sion, …

Quatrième mer­cre­di avec inter­ve­nant exté­rieur 27 novembre, 11, 18 décembre 2019

Chaque par­ti­ci­pant par­ti­ci­pe­ra à un der­nier mer­cre­di par groupe de 4 pro­jets. Une date à choi­sir par­mi les mer­cre­dis du 27/11, 11/12 ou 18/12.

Cette séance sera ani­mée par un.e intervenant.e extérieur.e (sous réserve : Paola Stevenne, Veronika Mabardi, Guillaume Abgrall, …) et sera l’occasion de réagir sur les pro­jets de cha­cun des par­ti­ci­pants (de l’ébauche au dos­sier qua­si-ter­mi­né) ou d’analyser ensemble une sélec­tion de créa­tions radio­pho­niques, appor­tées par les par­ti­ci­pants, ou pro­po­sée en amont. L’enjeu sera de mieux défi­nir sa démarche, le point de vue per­son­nel, la spé­ci­fi­ci­té de son écri­ture.

Après le stage, les par­ti­ci­pants qui auront un pro­jet prêt pour une demande de finan­ce­ment pour­ront prendre un ren­dez-vous avec un des inter­ve­nants du work­shop pour enta­mer l’écriture d’un pro­jet per­son­nel.

Public-cible : Auteur-réa­li­sa­teur en demande d’un accom­pa­gne­ment pour l’écriture d’un dos­sier des­ti­né au FACR (pro­chaine ses­sion jan­vier 2020), Fonds Gulliver et la recherche de par­te­naires.

L’atelier sera limi­té à 12 per­sonnes au maxi­mum. Et les frais de par­ti­ci­pa­tion au stage est de 30 euros.

Les sons refuges – le refuge des sons

Masterclass avec Chantal Dumas du 3 au 6 décembre 2019.
En col­la­bo­ra­tion avec AVATAR et le sou­tien du Conseil des arts et des lettres du Québec et de la Ville de Québec.

Voici l’opportunité de par­ta­ger quatre jours en com­pa­gnie de Chantal Dumas, quatre jours de créa­tion sur le thème « Les sons refuges — le refuge des sons »

Ce thème enclen­che­ra l’enjeu de l’écoute, avec sa part sin­gu­lière, et affec­tive, et celui de la ren­contre de l’autre et de son rap­port au monde, dans sa mémoire ou au temps pré­sent. L’échange sera au coeur du pro­jet, tant dans la démarche d’écriture que celle d’improvisation col­lec­tive.

Merci de rem­plir ce for­mu­laire pour dépo­ser votre can­di­da­ture: https://framaforms.org/les-sons-refuges-le-refuge-des-sons-1571047651
Clôture des ins­crip­tions: le le 3 novembre 2019 (minuit).

« Musique ? Non-musique ? Pour moi, la ques­tion est inap­pro­priée. Mon tra­vail appar­tient au domaine du sonore, de l’écoute et de la per­cep­tion. Intéressée par les formes nar­ra­tives, j’ai déve­lop­pé à cette fin une forme d’écriture sonore qui s’articule autour de quelques points : une atten­tion au point de vue, une docu­men­ta­tion sonore basée sur la prise de son (élé­ments du quo­ti­dien et pay­sage sonore) et la cir­cu­la­tion de la nar­ra­tion entre les trames musi­cale, tex­tuelle et sonore. Je conçois le sup­port comme une boîte vide aux mul­tiples pos­si­bi­li­tés d’occupation. Mon tra­vail peut s’écouter comme une déam­bu­la­tion à tra­vers de nom­breux espaces : men­tal ou phy­sique, archi­tec­tu­ral et urbain, natu­rel ou cultu­rel, espaces ayant cha­cun leur propre réso­nance acous­tique et affec­tive. La fic­tion ne se trouve jamais bien loin der­rière l’aspect docu­men­taire et réa­liste de mes pro­duc­tions. Mais dès la prise de son, la pre­mière mani­pu­la­tion du son, qu’en est-il de la réa­li­té ? » dixit Chantal Dumas

Il sera deman­dé aux par­ti­ci­pants de pré­pa­rer deux choses avant la for­ma­tion.
 — La pre­mière est de se remé­mo­rer un sou­ve­nir sonore per­son­nel, mar­quant, mémo­rable.
 — La deuxième est de réa­li­ser une entre­vue avec une per­sonne de son choix qui raconte com­ment un son (une ambiance, une voix, un bruit, une mélo­die, …) a été pré­sent à un moment par­ti­cu­lier et com­ment ce son conti­nue de l’accompagner dans sa vie. Cela pour­rait tout aus­si bien être une expé­rience per­son­nelle. Si cela est indi­qué et pos­sible, enre­gis­trez aus­si ce son !

L’éveil de ces sou­ve­nirs sonores ramène en mémoire tout le contexte qui y est rat­ta­ché. Les nar­ra­tions sou­vent empreintes d’émotion viennent sou­li­gner la sin­gu­la­ri­té de l’écoute et de la per­sonne qui raconte.

Durant le stage, à par­tir de ces entre­vues, devra sur­gir une pre­mière par­ti­tion qui ser­vi­ra de guide de réa­li­sa­tion pour mener la deuxième phase d’enregistrement. En asso­cia­tion ou en contraste, il s’agira de cap­tu­rer des sons, non plus avec l’idée d’une trans­mis­sion orale, mais d’oreille à oreille.

Cette obser­va­tion et la recherche sur le ter­rain s’apparentent à la démarche de l’anthropologue. C’est éga­le­ment une invi­ta­tion à se confron­ter à l’imprévisible, à l’incontrôlable, au fra­gile. C’est une façon sen­sible d’aller à la ren­contre du monde et d’en prendre le pouls.

Cet ate­lier va aus­si inté­grer une dimen­sion de créa­tion sonore. Une ses­sion d’improvisation sonore sera réa­li­sée avec les par­ti­ci­pants non-musi­ciens et musi­ciens. L’objectif de cet exer­cice est de démys­ti­fier la fabri­ca­tion du son et du coup, il four­ni­ra du maté­riel pour la pro­duc­tion en cours.

Participation : 80 euros
Nombre maxi­mum de par­ti­ci­pants : 10 per­sonnes

Public-cible : tout autrice.eur et réalisatrice.eur qui pos­sède les com­pé­tences de base d’enregistrement et de mon­tage et intéressé.e à la rela­tion poé­tique entre une parole et une écri­ture sonore.

Présentation de Chantal Dumas

Artiste sonore, Chantal Dumas conçoit des ins­tal­la­tions sonores, des fic­tions docu­men­taires radio­pho­niques (Hörspiel), des desi­gn sonores et com­pose. Son tra­vail com­prend une dimen­sion par­ti­ci­pa­tive et se nour­rit de col­la­bo­ra­tions (arts visuels, danse, poé­sie). Adepte du Field Recording, elle tire de la col­lecte de sons la matière pre­mière de ses pro­duc­tions.
Le volet ins­tal­la­tion sonore de sa pro­duc­tion met en jeu la rela­tion entre le son, l’espace, la mobi­li­té et l’auditeur. Certains pro­jets des­ti­nés à être expé­ri­men­té en salle, d’autres s’insèrent dans l’espace public.
Depuis le début des années 90, elle réa­lise des créa­tions radio­pho­nique (Hoerspiel). Elle compte plus d’une tren­taine de titres à ce jour. Parmi les pre­mières pièces, on retrouve Les Chantal Dumas (1994), Le par­fum des femmes (1996 – 1997), radio road­mo­vie (2000 – 02). Largement dif­fu­sées sur les ondes des radios publiques et lors de fes­ti­vals dont BBC, Croatian National Radio 3, Radio Zagreb, France Musique, RNE Ars acus­ti­ca (Espagne), la RAI, Sveriges Radio, ART on AIR (nyc) et d’autres encore, le fes­ti­val radio­pho­nic› (Bxls). Elle a reçu des com­mandes de ABC, Avatar (Québec), Couleur 3 (radio suisse romande), Deutschlandradio Kultur (Allemagne), Kunstradio (Autriche), l’Experimental Sound Studio de Chicago, Radio Canada, Radio Grenouille (Marseille) et de Silenceradio.org (Belgique), Festival radio revolteN, Halle (2006), fes­ti­val L’espace du son (Bxls).
On l’a enten­due lors de l’exposition C’est arri­vé près de chez vous au Musée National des Beaux-Arts de Québec (2008 – 09) et expé­ri­men­té ses ins­tal­la­tions au Festival de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV) (2012 et 2014) ou encore enten­du ses inter­ven­tions dans un wagon du métro de Montréal (2007 – 08), à la Maison fon­taine du col­lec­tif alle­mand raum­la­bor­ber­lin au Quartier des spec­tacles (2014).
En 2011, elle séjourne à New York au Studio du Québec (CALQ) et à l’automne 2016 Aux Récollets à Paris (CALQ). Son tra­vail a été récom­pen­sé en autres par le Prix Opus – caté­go­rie concert élec­troa­cous­tique et musique actuelle remis par le Conseil qué­bé­cois de la musique (Québec) et le prix Bohemia de la Radio publique tchèque et par deux fois le prix Phonurgia Nova (France) en fic­tion et docu­men­taire.
En 2016 et 2017, elle a assu­ré la pré­si­dence du Prix Phonurgia Nova pour la radio créa­tive qui se déroule à la Bibliothèque Nationale de France (BnF) ce qu’elle avait aus­si fait 10 ans plus tôt au Festival radio­pho­nic› de Bruxelles (2007).

Chantal Dumas pré­sen­te­ra le 7 décembre dans le cadre du fes­ti­val «Ear You Are — fes­ti­val d’art sonore et radio­pho­nique» au Cinéma Nova une publi­ca­tion tra­çant son par­cours de créa­tion et à la même occa­sion, elle don­ne­ra un libre d’accès à une quin­zaine de pièces sonores issues de ses archives. Son nou­veau pro­jet Le son-refuge com­mande de Avatar sera aus­si dévoi­lé.

Stage autour du montage et du mixage

Avec Aurélien Lebourg et Bastien Hidalgo Ruiz
Nombre de par­ti­ci­pants : 10 per­sonnes maxi­mum
Période : les WE du 16 — 17 novembre et 30 novembre — 1er décembre 2019
Où : à l’acsr — 49, rue St-Josse 1210 Bruxelles
Tél : +32(0)2 219 23 25

Inscriptions clô­tu­rées !

Intention géné­rale
«J’ai vu que des gens tra­vaillent sur Ardour ou Audacity, mais je com­men­ce­rais peut-être bien sur Final Cut.. »
En réa­li­sa­tion radio­pho­nique, comme dans d’autres domaines, il est sou­vent néces­saire et appré­ciable de tra­vailler en équipe, dès lors que l’on sou­haite obte­nir un résul­tat pro­fes­sion­nel. Ce qui implique la néces­si­té d’adopter une méthode de tra­vail opti­male dès le départ, et cohé­rente tout au long des étapes de réa­li­sa­tion pra­tique.
Le choix d’un logi­ciel de mon­tage est déter­mi­nant pour la suite de la pro­duc­tion et les inter­ac­tions avec les inter­ve­nants ulté­rieurs. Le but de ce stage est d’acquérir les bases théo­riques et pra­tiques qui vous per­met­tront d’appréhender sans sou­ci ces logi­ciels de mon­tage et mixage pro­fes­sion­nels, en déve­lop­pant une méthode de tra­vail effi­cace.
Faire en sorte que la tech­nique se mette au ser­vice de votre démarche artis­tique.

« Je sais que le son n’est pas bon, mais ça se net­toie­ra au mixage, non ? »
Le mixage per­met de cor­ri­ger de nom­breuses erreurs, d’améliorer sen­si­ble­ment les poten­tia­li­tés d’une prise de son. Mais ce n’est pas pour autant de la magie : le mixage ne ren­dra pas exploi­table une prise de son catas­tro­phique. Et sur­tout, le temps pas­sé à ten­ter de net­toyer la matière est du temps per­du pour recher­cher une dyna­mique géné­rale et se foca­li­ser sur le résul­tat glo­bal.
Nous pren­drons quelques exemples carac­té­ris­tiques de ce que l’on peut cor­ri­ger sim­ple­ment et de ce qu’il vaut mieux écar­ter dès votre déru­shage. Nous en pro­fi­te­rons pour par­ler de logique d’organisation de ses­sion, en pré­pa­ra­tion au mixage.
Nous explo­re­rons les bases et les prin­ci­paux outils du tra­vail de mixage, qui vous per­met­tront de com­prendre les enjeux de cette étape, et de pou­voir en effec­tuer par vous-mêmes les opé­ra­tions fon­da­men­tales.
Une fois les bases éta­blies, nous vous pro­po­se­rons un temps de mani­pu­la­tions enca­drées. L’espace entre les deux wee­kends sera éga­le­ment mis à pro­fit afin que ces gestes deviennent des réflexes de tra­vail, cha­cun pour­ra en pro­fi­ter pour expé­ri­men­ter chez soi et reve­nir la semaine sui­vante avec des ques­tions concrètes.

“De quel logi­ciel parle-t-on ?”
Nous nous concen­tre­rons prin­ci­pa­le­ment sur Reaper et Sequoia/Samplitude (le même logi­ciel, en ver­sion plus ou moins com­plète), mais la majo­ri­té des notions abor­dées seront direc­te­ment trans­po­sables à tous les logi­ciels.
Fondamentalement, si vous en com­pre­nez un, vous com­pren­drez suf­fi­sam­ment les autres pour vous en sor­tir seul.

“Et pour­quoi ceux-là alors ?”
 — Parce qu’il s’agit de logi­ciels abon­dam­ment uti­li­sés en créa­tion radio en Belgique, notam­ment à l’atelier de créa­tion sonore radio­pho­nique. L’acsr est une struc­ture qui sou­haite four­nir un accom­pa­gne­ment de qua­li­té, de la prise de son jusqu’à la dif­fu­sion. En terme de logique de tra­vail, cela se tra­duit par une chaîne cohé­rente en stu­dio de mon­tage, donc – autant que faire se peut – un même logi­ciel uti­li­sé dès la pre­mière étape (déru­shage), jusqu’à la der­nière (le mixage). Nous par­le­rons aus­si briè­ve­ment de Pro Tools, autre stan­dard uti­li­sé pro­fes­sion­nel­le­ment à l’acsr comme ailleurs.
 — Parce que Reaper et Sequoia/Samplitude ont cer­tains avan­tages indé­niables dans la pro­duc­tion radio, que nous abor­de­rons ensemble.

Pour qui ?
 — Pour les auteur·rice·s — réalisateur·rice·s débutant·e·s, ayant déjà une pra­tique de la prise de son, qui sou­haitent apprendre les bases du mon­tage, et s’initier au mixage.
 — Pour celles et ceux qui ont déjà une expé­rience dans le mon­tage radio mais sou­haitent appro­fon­dir leurs connais­sances, appré­hen­der l’étape de mixage, se for­ger une méthode de tra­vail pour gagner du temps et/ou mieux com­prendre ces étapes de pro­duc­tion.
 — Pour celles et ceux qui sont déjà familiarisé·e·s avec un logi­ciel mais n’arrivent pas à trou­ver les liens entre celui-ci et Reaper ou Sequoia.

Programme
Jour 1 : 9h30 – 18h
1. Accueil et pré­sen­ta­tion du stage
2. Bases et métho­do­lo­gie du mon­tage (com­munes à tous les logi­ciels)
a) Bref rappel/explications de la nature du son “réel” et “vir­tuel”
b) Les dif­fé­rentes manières d’ajouter un son dans le logi­ciel (depuis un sup­port ou en enre­gis­tre­ment de voix)
c) Organisation des fichiers et des pistes pour le mon­tage
d) Utilisation de quelques types de plug-ins indis­pen­sables
3. Comparaison rapide Sequoia/Samplitude, Reaper et Pro Tools en appli­quant les prin­cipes de bases appris pré­cé­dem­ment

Jour 2 : 10h – 18h
1. Premier aper­çu d’une ses­sion de mixage, logique d’organisation des pistes
2. Manipulation de Reaper ou Sequoia/Samplitude, par groupes de 2 (mon­tage)
3. Retour en groupe entier pour un appro­fon­dis­se­ment de Reaper et Sequoia, et de leurs par­ti­cu­la­ri­tés
4. Explication des étapes “clas­siques” du tra­vail de mon­tage
• déru­shage
• bout-à-bout (“ours”)
• mon­tage final
• pré­pa­ra­tion au mixage

Jour 3 : 10h – 18h
1. Mise en com­mun et réponse aux ques­tions des participant·e·s
2. Concepts fon­da­men­taux du mixage
3. Principaux outils du tra­vail de mixage (auto­ma­tion, fil­trage, effets,…)

Jour 4 : 10h – 18h
1. Exploration du stu­dio de mixage
2. Exercices pra­tiques, mani­pu­la­tion des logi­ciels
3. Retours et conseils sur des tra­vaux en cours ame­nés par les participant·e·s

Cotisation de 100 € — ou 15 € pour les réalisateur·rice·s en accueil à l’acsr
Nos stages s’adressent en prio­ri­té aux rési­dents en Fédération Wallonie-Bruxelles.
Plus de ren­sei­gne­ments sur ce stage ? Écrivez à : stages@acsr.be

A pro­pos des ani­ma­teurs:

Après 2 ans de BTS Audiovisuel option Son, Aurélien Lebourg démé­nage en Belgique pour conti­nuer sa for­ma­tion à l’INSAS. Passionné de son, il n’aime pas se fixer dans un domaine et pré­fère alter­ner entre les tour­nages et la post-pro­duc­tion, le son à l’image et la radio, la pra­tique et l’enseignement. Dans le domaine de la créa­tion radio, il opère essen­tiel­le­ment en mixage/mise en onde.

Bastien Hidalgo Ruiz est pre­neur de son, mon­teur et mixeur, prin­ci­pa­le­ment au ser­vice de la créa­tion radio­pho­nique. Il est coor­di­na­teur tech­nique de l’acsr (ate­lier de créa­tion sonore radio­pho­nique) depuis 2014. Il est éga­le­ment actif dans les domaines du field recor­ding et de la musique.